Le préfet de police de Paris demande dans une lettre aux policiers de tenir «la ligne républicaine»


Le préfet de police Didier Lallement, le 19 avril 2019. (photo Frederic Legrand - COMEO/shutterstock)

Le préfet de police de Paris Didier Lallement s’est adressé aux policiers sous son autorité, dans une lettre, et leur demande de tenir « la ligne républicaine jusqu’au bout ».


« Dévier de la ligne républicaine qui nous sert de guide, cette ligne qui a éclairé les pas de nos anciens dans les ténèbres de l’histoire, c’est renier ce que nous sommes, c’est ébranler le pacte de confiance qui nous unit à nos concitoyens, c’est perdre le sens de notre mission », a écrit Didier Lallement dans cette lettre aux policiers apprend-on ce samedi.

Le préfet affirme pouvoir « compter sur la probité, le sens de l’honneur et l’éthique » des policiers, alors que quatre fonctionnaires de police sont toujours en garde à vue ce samedi, accusés de violences illégitimes lors de l’interpellation de Michel Zecler, un producteur de 41 ans, à Paris samedi dernier. 

« Dans les prochains jours, les prochaines semaines (…) nul doute que vous serez confronté à la difficulté, aux doutes, voire à la colère ou à la peur », ajoute Didier Lallement. « Je sais pourtant que vous vous réaliserez, en hommes et femmes de caractère », poursuit-il.


La lettre du préfet de police est envoyée alors que de nombreuses manifestations contre la loi « sécurité globale » sont prévues ce samedi, notamment à Paris. Deux manifestations ont été déclarées dans la capitale et 2000 membres des forces de l’ordre sont engagés sur cette opération de maintien de l’ordre.