Le Youtubeur au million d’abonnés ExperimentBoy visé par une enquête pour corruption de mineurs


Le Youtubeur français ExperimentBoy, qui compte 1,15 million d'abonnés, est accusé de corruption de mineurs. (capture vidéo Youtube / ExperimentBoy)

Le Youtubeur ExperimentBoy, dont les accusations de corruption de mineurs affluent depuis le mois de juin dernier sur les réseaux sociaux, est visé par une enquête judiciaire.

Le célèbre Youtubeur français ExperimentBoy, qui compte 1,15 millions d’abonnés, fait l’objet d’une enquête préliminaire depuis le 22 juin dernier. Il est soupçonné d’avoir échangé des messages, photos et vidéos à caractère sexuel avec des mineurs, en profitant de son emprise psychologique sur eux.

Le parquet de Lyon a indiqué avoir diligenté « une enquête visant ce youtubeur des chefs de corruption de mineurs », « d’enregistrement, diffusion ou détention d’images pornographiques de mineurs », et de « propositions sexuelles à des mineurs de 15 ans par communication électronique », confirmant l’information du site spécialisé Numerama.

De son vrai nom Baptiste Mortier-Dumont, sous lequel il apparaît sur certains réseaux sociaux, le jeune homme de 26 ans aurait ciblé au moins une dizaine de ses fans entre 2013 et 2019 pour des échanges à caractère sexuel. Cinq d’entre eux étaient âgés de moins de 15 ans lorsqu’ils ont été approchés par leur idole.

Le site a rendu publiques des captures d’écran dont certaines sont présentées comme des échanges privés entre ces mineurs et le vidéaste. « On s’envoyait des vidéos quand je revenais du collège », témoigne l’un des plaignants, alors âgé de 14 ans à nos confrères. « Je pouvais faire ce qu’il voulait. Il me demandait de faire des choses, me montrait ce qu’il faisait. Il me conseillait d’acheter certains objets sexuels ». Un autre, âgé à cette époque de 13 ans à peine, confie : « J’avais l’impression d’être spécial, car il prend le temps de discuter avec toi ».

Des accusations ont commencé à affluer en juin dernier

ExperimentBoy s’est fait connaître du grand public en 2012 via la plateforme Youtube, en publiant expériences scientifiques loufoques et spectaculaires rappelant celles du programme télévisé anglo-saxon « MythBusters ».

Des témoignages et des accusations de corruption de mineurs le visant ont commencé à fleurir en juin dernier sur les réseaux sociaux. Le jeune homme s’était alors fendu d’un tweet lacunaire : « les auteurs de la tentative de déstabilisation seront traduits très prochainement devant les juridictions compétentes […] Je laisse mes avocats faire leur travail et continue mes projets ».

Depuis la publication de l’enquête particulièrement fouillée de Numerama, les commentaires haineux s’accumulent sous les vidéos de sa chaîne Youtube, dont la dernière a été publiée il y a trois semaine et affiche plus de 800 000 vues.