Les syndicats de la police technique et scientifique appellent à une grève la nuit du 31 décembre.


Illustration. (photo Police Nationale)

Les trois syndicats de la police technique et scientifique appellent à une grève la nuit de la Saint-Sylvestre.


L’intersyndicale entend protester contre le statut de ces agents, qui sont 2500 en France, et réclame des améliorations, notamment une réforme statutaire de leurs corps de métier. Dans un premier temps, un appel à la grève illimitée avait été lancé, mais c’est finalement la nuit du 31 décembre qui a été ciblée par les trois syndicats.

L’intersyndicale dénonce également un rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui n’aura lieu que le 8 janvier prochain, et évoque du « mépris ».

« On voulait être reçu tout de suite, on doit attendre le 8 janvier, alors que les représentants de la police armée ont été reçus rapidement après l’avoir demandé, à trois reprises pendant plusieurs heures » a déclaré Xavier Depecker, représentant du syndicat national indépendant des personnels administratifs, techniques et scientifiques de la police nationale (SNIPAT), à 20 minutes.

Le Syndicat national des personnels de la police scientifique (SNPPS) et le Syndicat national Alliance des personnels administratifs, techniques, scientifiques et infirmiers (SNAPATSI) font partie de cette intersyndicale.

Un passage à la catégorie « active » et le paiement des heures supplémentaires

Parmi leurs revendications, les syndicats de la police technique et scientifique réclament de passer de la catégorie « sédentaire » à la catégorie « active », ce qui leur permettrait d’avoir les mêmes compensations que les policiers armés, notamment un départ à la retraite spécifique.

Ces derniers exigent également, comme les policiers, le paiement de leurs heures supplémentaires. Certains agents en ont accumulé entre 500 et 600 selon Xavier Depecker.