L’état de santé du policier qui a fait un malaise cardiaque à Paris le 23 mars s’est amélioré


Un policier a fait un malaise cardiaque le 23 mars à Paris, durant la manifestation des Gilets jaunes. (photo Remy Buisine)

Un policier de la 31ème Compagnie d’intervention (CI) de la Direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) avait fait un malaise cardiaque le 23 mars dernier sur la place de la République à Paris, durant la manifestation des Gilets jaunes pour l’acte 19. Il est toujours hospitalisé et son état de santé évolue favorablement, même s’il reste préoccupant.


Son pronostic vital était engagé lorsqu’il a été évacué d’urgence à l’hôpital ce samedi 23 mars vers 18 heures. Un policier de 47 ans se trouvait sur le dispositif de maintien de l’ordre pour faire face aux débordements lors de la manifestation des Gilets jaunes, lorsqu’il a perdu connaissance sur la place de la République. Le fonctionnaire venait de faire un arrêt cardiaque.

Alors qu’une « street medic » a affirmé à France 2 avoir pratiqué un bouche à bouche à la victime, il n’en est rien selon une source policière que nous avons interrogée. La jeune femme a placé le policier en position latérale de sécurité (PLS), un geste qui n’était pas le bon puisque la victime venait de faire un arrêt cardiaque. L’un des collègues du policier, qui est un ancien pompier, est rapidement arrivé et a réalisé un massage cardiaque durant de longues minutes, jusqu’à l’arrivée des secours. Un geste qui s’est révélé déterminant.

Dans le même temps, un périmètre de sécurité a été rapidement mis en place. La victime a ensuite été prise en charge par les sapeurs-pompiers et le SAMU, avant d’être conduite à l’hôpital.

Il a « ouvert les yeux et se remet tranquillement »

Toujours hospitalisé, l’état de santé de ce policier s’est amélioré ces derniers jours même si son état reste préoccupant. Il a « ouvert les yeux et se remet tranquillement ». Ce dernier « communique de façon cohérente et n’a aucun déficit moteur » nous précise une source policière.

Il a pour le moment, encore besoin d’assistance en oxygène, par voie nasale. Son évolution générale est toutefois satisfaisante selon cette même source.