Loire : Un conducteur refuse de lui laisser la place de parking, il le renverse délibérément avec sa voiture


Illustration. (Hadrian / shutterstock)

Le conducteur en cause a été interpellé par la police alors qu’il prenait la fuite. Il a été déféré puis mis en examen.

L’affaire est une nouvelle fois le reflet des violences qui surviennent pour des motifs futiles ces derniers mois en France. Cette fois, c’est un homme âgé de 21 ans qui en a fait les frais. Il avait l’intention de passer sa fin d’après-midi à la base nautique de Saint-Victor-sur-Loire, près de Saint-Étienne (Loire), lundi, mais s’est retrouvé aux urgences de l’hôpital avec de multiples blessures.

La raison ? Un simple différend au sujet d’une place de stationnement. Au volant de sa BMW, la victime est arrivée avec l’un de ses amis sur le parking de la base nautique raconte Le Progrès. Au même moment, le conducteur d’une Audi A3 a vu la même place pour se garer et les deux chauffeurs ont échangé quelques mots. Une dispute a éclaté et la situation s’est envenimée.

C’est finalement le conducteur de la BMW qui a pris cette place. Alors qu’il se dirigeait avec son ami vers la base nautique, les deux hommes ont entendu du bruit. Le conducteur de l’Audi A3 était en train de leur foncer délibérément dessus. La victime a été percutée au niveau des jambes.

7 jours d’ITT

L’agresseur a pris la fuite et les sapeurs-pompiers sont rapidement arrivés sur place pour prendre en charge le jeune homme de 21 ans, sérieusement blessé. Les policiers ont également été alertés et sont parvenus à retrouver le mis en cause qui prenait la fuite au volant de sa voiture. Âgé de 30 ans, il a été placé en garde à vue.


Lors de son audition, le trentenaire a affirmé qu’il avait agi de la sorte car la victime avait une arme. Les premiers éléments de l’enquête ont montré que c’était faux. Le mis en cause a été déféré au parquet de Saint-Étienne ce jeudi et a été mis en examen pour violences volontaires avec arme par destination.

La victime s’est quant à elle vu attribuer 7 jours d’Incapacité totale de travail (ITT).