🇫🇷 #LoireAtlantique Un maire, son adjoint et un directeur municipal recoivent des coups, insultes et menaces de mort.

   par C. Laudercq et R. Lefras.
Illustration Actu17 ©

Les élus avaient décidé d’« instaurer un dialogue » avec un groupe de jeunes qui dégradaient un abribus : ils ont été traumatisés.

● Jeudi 28 septembre vers 21 heures, le maire de la commune de Nozay a été alerté par des riverains qu’une quinzaine de jeunes gens était en train de dégrader un abribus situé place du Champs de Mars. Le maire, son adjoint et le directeur des services qui assistaient à une réunion, ont décidé d’aller instaurer un dialogue avec les jeunes plutôt que de demander une intervention des gendarmes.

● Mais à leur arrivée, les jeunes gens se sont énervés : crachats, insultes et menaces de mort ont été reçus par les élus comme cadeau de bienvenue, relate France Bleu. Les responsables de la commune ont été frappés. Le directeur des services, souffrant des cervicales, se verra délivrer 10 jours d’Incapacité Totale de Travail (ITT).

● Malgré l’intervention des Gendarmes de Nozay, le calme n’est pas revenu. Ces derniers ont dû faire appel à des renforts de Chateaubriant. Au final, trois individus âgés de 17, 18 et 20 ans ont été interpellés. Défavorablement connus des services de gendarmerie, ils ont été placés en garde à vue avant un possible défèrement ce samedi devant le Procureur de la République.

● « C’est un acte gratuit. C’est dégueulasse. On s’est attaqué à un symbole fort de la république » a déclaré Jean-Noël Thomazeau troisième adjoint de la commune de Nozay.

● Une plainte a été déposée par la Mairie. Les deux élus ont été « très marqués psychologiquement ».

Actu17.