🇬🇧 Londres : Une fausse victime de l’incendie de la tour Grenfell condamnée à 21 mois de prison.

par Y.C.
La tour Grenfell en flammes, le 21 juin 2017.

Le stratagème de certains escrocs se répète à chaque tragédie d’ampleur nationale.

Vendredi 9 février, un homme qui s’était fait passer pour une victime du dramatique incendie de la tour Grenfell de Londres, a été condamné à 21 mois de prison. L’incendie qui s’était produit le 21 juin 2017 avait fait 71 morts dont 18 enfants. Il s’agit de l’une des tragédies les plus meurtrières qu’a connu le Royaume-Uni depuis plus de soixante-dix ans.

L’escroc deplorait la perte de son fils et de sa femme dans l’incendie

L’homme âgé de 53 ans condamné ce vendredi, Anh Nhu Nguyen, avait prétendu que sa femme et son fils avaient perdu la vie dans le dramatique incendie. Il avait ainsi tenté d’obtenir un peu plus de 11 000€ d’indemnités.

Il avait bénéficié d’un relogement d’urgence

L’escroc avait raconté avoir perdu sa famille dans les fumées épaisses, alors qu’ils tentaient de quitter la tour par l’escalier. L’homme avait raconté avoir également perdu tous ses biens dans l’incendie ravageur, bénéficiant d’un relogement d’urgence.

Des enquêteurs vérifient la véracité des déclarations des victimes

Mais les agissements d’escrocs de tous poils lors de chaque drame d’ampleur nationale ont poussé les autorités à enquêter sur les déclarations des victimes. Celle de Anh Nhu Nguyen notamment avait éveillé les soupçons des enquêteurs face aux incohérences de son récit.

L’escroc aux 17 alias démasqué

Rapidement, les enquêteurs ont établi que l’homme n’avait ni femme ni enfant et n’avait jamais été hospitalisé après la tragédie. Connu de la justice, l’homme né au Vietnam avait déjà été condamné 56 fois pour divers délits, relate Le Parisien. Il avait utilisé 17 alias pour tenter d’échapper aux poursuites judiciaires.

Un quotient intellectuel très bas

Un rapport établi par un psychologue indique que l’escroc souffre de dépression et a une faible empathie. Pour sa défense son avocate a argué le fait que son client possède un quotient intellectuel « étonnament bas ». En le condamnant, la juge a répliqué : « Malgré votre faible QI, vous saviez très bien ce que vous faisiez », et a condamné l’escroc à 21 mois de prison.

D’autres enquêtes, ouvertes pour des soupçons de fausses déclarations, sont en cours.

Actu17.