Lormont : Les policiers caillassés par une vingtaine d’individus, un enfant de 8 ans blessé


Les policiers ont été caillassés à Lormont ce jeudi en fin d'après-midi. (photo Alternative Police)

Trois mineurs ont été interpellés à Lormont, dans la banlieue de Bordeaux (Gironde), après des violences envers les policiers ce jeudi. Un enfant de 8 ans a également été blessé.

La présence des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) n’était pas au goût de tout le monde. Vers 16h30 ce jeudi alors qu’ils étaient en patrouille, ils ont été la cible de jets de projectiles de la part de trois adolescents, dans le quartier Genicart à Lormont, au niveau de la rue Michel-de-Montaigne.

Une opération de sécurisation a été mise en place dans le quartier, peu après, avec le renfort d’une section de CRS. Cette fois, les forces de l’ordre ont fait face à une vingtaine d’individus hostiles, en majorité des mineurs, qui leur ont jeté des pierres. Les fonctionnaires ont riposté par deux tirs de LBD ainsi qu’en utilisant une dizaine de grenades lacrymogènes.

Les trois adolescents à l’origine des premiers projectiles ont pu être interpellés. Ils ont été placés en garde à vue. Durant les violences, un enfant âgé de 8 ans a été légèrement blessé par une pierre qu’il a reçu au niveau du thorax. Pris en charge par les secours, il a été transporté à l’hôpital où il n’a pas été admis. Sa mère envisage de déposer plainte.

« Les jeunes deviennent de plus en plus violents »

Il n’y a pas de blessé à déplorer du côté de la police. « On fait de gros efforts sur la lutte contre les stupéfiants, on gêne le business et les jeunes deviennent de plus en plus violents », réagit Bruno Vincendon, délégué du syndicat Alternative police, à France 3.

Les pierres reçues par les policiers. (photos Alternative Police)

Ce dernier réclame des effectifs de police supplémentaires. En janvier dernier, la Brigade spécialisée de terrain (BST) de Cenon, une commune voisine, qui était constituée de 15 policiers, a été supprimée puis remplacée par une Brigade anticriminalité (BAC) de 10 fonctionnaires. « C’est pas assez, mes collègues interviennent sur du trafic de stupéfiants sans aucun soutien. Ils sont tout seuls », constate le syndicaliste.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé il y a une quinzaine de jours le renfort de 140 policiers à Bordeaux, dont 70 à la rentrée de septembre puis 70 autres en avril 2022.