Lot-et-Garonne : Un lama retrouvé mort dans un pré avec une oreille coupée, une enquête ouverte


Illustration. (Shutterstock / Robyn Mackenzie)

Un camélidé a été retrouvé mort et mutilé, ce jeudi. Cet acte n’est pas sans rappeler les mutilations d’équidés qui sont recensées régulièrement depuis plusieurs mois, un peu partout sur le territoire national.

Le propriétaire d’une femelle alpaga, un camélidé de la famille des lamas, a découvert son animal mort dans son pré de Pinel-Hauterive (Lot-et-Garonne), ce jeudi. « Elle avait une joue coupée en deux et l’oreille gauche sectionnée. Le cartilage est coupé blanc, net. Un chien l’aurait arrachée. Là, c’est comme si on coupait l’oreille d’un cochon. Cela laisse peu de doutes » décrit l’homme, cité par Sud Ouest.

Rapidement, des photos du corps lacéré de l’animal ont circulé sur les réseaux sociaux. Car l’événement a un écho particulier puisque depuis des mois, des chevaux, des poneys et autres équidés subissent le même sort un peu partout en France. La psychose chez les éleveurs est telle que certains organisent des patrouilles pour tenter d’identifier les personnes à l’origine de ces mutilations.

Les gendarmes locaux reçoivent un signalement

Jeudi, le propriétaire du camélidé n’a pas eu besoin d’alerter les gendarmes. Ce sont eux qui sont venus directement à lui, alertés par leurs camarades qui assurent une veille sur Internet. Il a déposé plainte et une enquête a été ouverte. Avant l’arrivée des militaires, l’homme avait rapidement enterré son animal pour ne pas le laisser à la vue des autres personnes.

Le cadavre devra toutefois être exhumé pour qu’une autopsie soit effectuée. Les enquêteurs veulent notamment savoir si l’alpaga a été anesthésié avant d’être mutilé. Car les investigations dépassent cet unique fait : l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) centralise les informations recueillies à travers tout le territoire concernant les faits de mutilations d’animaux qui sont recensés actuellement.


Reste à savoir si l’attaque subie par le camélidé est le fait du même phénomène touchant les équidés. Et à ce sujet, toutes les pistes sont explorées par les enquêteurs : challenge sur les réseaux sociaux, dérives sectaires, mimétisme, haine des équidés, rites sataniques, entre autres.