Lynchage de Bassem Braiki : le rappeur Sadek a été interpellé aux Lilas


Le rappeur Sadek (à gauche) a revendiqué la violente agression du youtubeur Bassem Braiki ce mardi. (captures écran vidéo)

Accusé d’avoir violemment agressé Bassem Braiki à Vénissieux (Rhône) avec plusieurs autres personnes dans la nuit de lundi à mardi, le rappeur Sadek originaire de Seine-Saint-Denis a été interpellé aux Lilas et placé en garde à vue.

Une enquête de flagrance pour violences avec arme et en réunion a été ouverte ce mardi par le parquet de Lyon après le lynchage filmé du youtubeur Bassem Braiki à Vénissieux, à proximité de son domicile, dans la nuit de lundi à mardi. Le rappeur Sadek, 28 ans, avait rapidement revendiqué cette violente agression sur les réseaux sociaux, notamment dans une vidéo peu après les faits où il montrait des tâches de sang sur ses mains.

Ce dernier a été interpellé ce mercredi en début d’après-midi près d’un débit de boisson à 14h50, aux Lilas (Seine-Saint-Denis) par les policiers de la sécurité publique du département rapporte Le Parisien. Il a été placé en garde à vue.

Des appels à boycotter un concert du rappeur au départ des faits

L’homme a affirmé qu’il avait l’intention de se rendre à la police lorsqu’il a été arrêté. « Il compte reconnaître les faits, son erreur mais aussi les contextualiser », a déclaré son avocat Me Arié Alimi, au quotidien. Ce dernier en a profité pour rappeler que les faits se sont déroulés après des appels à boycotter le showcase de son client qui devait avoir lieu à Saint-Priest ce samedi.

Le concert a été annulé par les organisateurs qui craignaient des débordements. Bassem Braiki, 37 ans, serait à l’origine de ces appels qui ont été diffusés sur les réseaux sociaux.

Dès ce dimanche, le rappeur et le youtubeur qui venait de sortir de prison ont échangé des messages insultants sur les réseaux sociaux, notamment sur Snapchat. Bassem Braiki aurait alors communiqué son adresse personnelle afin d’en découdre avec le rappeur. C’est en rentrant de son travail que le trentenaire a été violemment agressé et lynché par plusieurs individus dont ferait partie Sadek.

« J’ai cédé comme un imbécile à la violence et à la haine »

Ce mardi matin, le rappeur a diffusé un message sur Instagram où il a évoqué ses regrets. « En vrai de vrai je ne suis pas fier de moi (…) j’ai cédé comme un imbécile à la violence et à la haine parce-qu’au bout d’un moment je ne supportais plus la violence et les menaces avec des armes, les propos (…) ça m’a fait sortir de mes retranchements », a-t-il déclaré, ajoutant : « Ce que j’ai fait c’est de la grosse merde et regardez bien, je vais payer pour ça (…) et ce qui va m’arriver c’est bien fait pour moi ».

Les policiers ont également entendu la victime dont les jours ne sont pas en danger. Son frère Bayrem Braiki qui est adjoint aux finances et à la culture à la mairie de Vénissieux a de son côté lancé un appel au calme.