🇫🇷 Lyon : L’auteur présumé d’un appel à «la purge» mis en examen et placé en détention.

par Y.C.
L'application du réseau social Snapchat. (Illustration. DR)

Il avait diffusé un appel à « la purge » sur Snapchat, les policiers l’ont identifié et interpellé. Le mis en cause de 20 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Le suspect a été interpellé le 31 octobre dans l’après-midi. La veille, il est accusé d’avoir diffusé sur Snapchat, un appel à « la purge » et un appel au rassemblement place Bellecour à Lyon, le soir d’Halloween, en vue de commettre des violences et des dégradations. Le parquet a retenu la qualification de « provocation directe à un attroupement armé suivie d’effet ».

Des violences et 12 interpellations

Car la nuit a été longue pour les forces de l’ordre mercredi soir comme nous l’avons rapporté. Environ 200 individus ont commis des violences et des dégradations dans le centre-ville de Lyon jusqu’à environ une heure du matin. 12 personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre, dont 11 mineurs.

Des incidents qui ont pesé sur le mis en cause originaire de Vénissieux, qui a été déféré devant le parquet ce vendredi et qui risque jusqu’à 7 ans de prison pour ces faits.

L’auteur présumé de cet appel à « la purge » a été mis en examen et placé en détention provisoire ce soir a annoncé la police nationale du Rhône.

Les policiers ont identifié le suspect très rapidement

A l’origine de cette identification et cette interpellation, le travail des enquêteurs de la Sûreté départementale de la brigade de la délinquance astucieuse et les investigateurs en cyber-criminalité, qui sont parvenus à repérer le suspect en identifiant son téléphone portable raconte Lyon Capitale. Les policiers du commissariats de Vénissieux avaient initialement repéré cet appel à « la purge », mardi.

Le lendemain, le véhicule du suspect a été localisé dans le VIIe arrondissement de Lyon. L’homme a été interpellé vers 16h30.

Il nie être l’auteur de cet appel

Pour sa défense, le mise en cause de 20 ans a expliqué aux enquêteurs qu’il n’était pas le seul a utilisé le profil Snapchat à l’origine de cet appel à la violence, et qu’il n’était pas l’auteur du message faisant référence au film « American Nightmare ». Le suspect n’a pour autant pas donner le nom du présumé responsable.

L’initiateur présumé jugé le 28 novembre

Quant au mis en cause de 19 ans interpellé à Grenoble, il sera quant à lui jugé le 28 novembre prochain devant la justice et a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue.

Ce dernier qui se présente comme celui qui a lancé le premier appel à « la purge » le 31 octobre, a indiqué aux enquêteurs qu’il s’agissait en fait d’une « mauvaise blague ».

Actu17.