🇫🇷 #Lyon Un pasteur était à la tête d’un réseau de prostitution qui vient d’être démantelé.

Le réseau était constitué d’un pasteur, de plusieurs « mamas » – des mères maquerelles, ndlr – et aurait fait une cinquantaine de victimes.

● En début de semaine, les enquêteurs de la Police Judiciaire ont démantelé un vaste réseau de prostitution nigériane après 15 mois d’enquête. Seize personnes ont été interpellées, à Lyon, au Havre et à Nîmes. Deux autres suspects ont été arrêtés en Italie et au Portugal. Ces derniers étaient chargés de faire passer les jeunes Nigérianes en France après un transit par la Lybie.

● Le patron de l’Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains (OCRTEH), Jean-Marc Droguet, a déclaré à l’AFP qu’une cinquantaine de victimes ont été recensées et identifiées mais qu’il y en aurait beaucoup plus, tout en précisant qu’il n’y avait pas de mineures.

● Le commissaire de police a indiqué qu’à la tête de ce système « très pyramidal », se trouvait « un pasteur de confession évangélique » qui gérait les « mamas » qui elles-mêmes « s´occupaient des filles ». D´après les enquêteurs en charge de cette affaire, au moins une trentaine de camionettes étaient utilisées pour les « passes » dans le quartier Gerland de Lyon. Ces camionettes étaient facturées par le réseau 50 € la nuit.

● Lors de leur arrivée en France, les proxénètes assignaient une dette de 30 000 € que chaque prostituée devait rembourser. « Cela leur laisse penser qu’elles s’en sortiront un jour » précise le Commissaire.

Entre 100 000 et 150 000 € étaient récoltés par mois par le réseau criminel. L’argent partait très rapidement au Nigéria.

Actu17.