Maisons-Alfort : Appelés pour un différend conjugal, les policiers tombent sur un homme ligoté par trois malfaiteurs


Illustration Actu17 ©

Les policiers sont intervenus à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) dans la nuit de mardi à mercredi. Ils avaient été appelés pour des violences conjugales. Une fois sur place, ils sont tombés sur une toute autre situation. Un homme était en train d’être violemment agressé à son domicile.


Une intervention qui semblait classique mais qui ne l’était finalement pas. Les policiers de Maisons-Alfort ont été sollicités peu avant 22 heures pour un différend conjugal dans un appartement du square Dufourmantelle. Des voisins entendaient des bruits suspects et avaient décidé de faire appel aux forces de l’ordre.

Arrivés devant le logement situé au 4ème étage, les fonctionnaires ont frappé à la porte. C’est un homme encagoulé qui leur a ouvert. Surpris, il a pris la fuite dans le logement puis s’est dirigé vers le balcon. Les policiers ont ensuite aperçu deux autres hommes encagoulés dans le logement, et un troisième individu qui était par terre, ligoté aux mains et aux pieds.

La victime et un policier blessés

Les deux malfaiteurs se sont violemment opposés à leur interpellation mais ont fini par être maîtrisés. Un policier a été blessé à un bras, il souffrirait d’une fracture. La victime présentait une plaie au niveau de la tête et avait subi des violences. Cette dernière a été transportée à l’hôpital, tout comme le fonctionnaire.

L’habitant blessé a raconté aux enquêteurs ce qu’il s’était passé avant qu’il soit secouru. Selon son récit, un homme qui n’était pas cagoulé a frappé à sa porte. Il a ouvert et deux complices encagoulés ont surgi puis fait irruption chez lui. Bâillonnée et ligotée, la victime affirme avoir été rouée de coups et ne pas connaître ses agresseurs.


Une arme de poing saisie

Une perquisition réalisée dans l’appartement a permis de découvrir une arme de poing approvisionnée. Règlement de comptes ou cambriolage violent ? Les enquêteurs du Service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne (SDPJ 94) devront aussi vérifier si la victime avait légalement le droit de détenir cette arme. Ses déclarations vont être vérifiées, dans le cadre de cette enquête ouverte pour séquestration, violences volontaires aggravées et violences sur personnes dépositaire de l’autorité publique. Le troisième malfaiteur est recherché.