🇫🇷 Marin, le jeune homme agressé pour avoir défendu un couple, remercie ses soutiens en vidéo.


Le courageux jeune homme avait subi une sauvage agression après s’être interposé pour défendre un couple.

Une importante vague de soutien s’était formée à la suite de l’agression qui avait laissé Marin entre la vie et la mort. Un couple s’embrassait dans la rue, le 11 novembre 2016 à Lyon, lorsque plusieurs individus s’étaient approchés d’eux et leur avaient reproché leur geste amoureux. Marin s’était courageusement interposé. L’un des agresseurs lui avait porté notamment, un très violent coup à la tête avec une béquille. Depuis ce jour-là, après avoir frôlé la mort, Marin suit une lourde rééducation.

Il remercie ses soutiens dans une touchante vidéo

C’est la première fois que le jeune homme, agressé alors qu’il avait 20 ans, apparaît face à l’objectif d’une caméra. Il tenait à remercier ses amis et soutiens pour « le soutien indéfectible » qu’ils lui témoignent au quotidien, lui permettant de « lutter sans arrêt, jusqu’au bout ».

Des nouvelles régulières

Le jeune homme prend les rênes de la page Facebook « Je soutiens Marin », jusqu’ici tenue par sa famille. Un moyen pour chacun de le soutenir directement dans sa difficile rééducation, mais aussi pour lui de donner des nouvelles de sa rémission. Une association intitulée « La Tête Haute » a aussi été créée par ses proches.


Médaille d’Or pour « Acte de Courage et de Dévouement »

Photo Facebook Gérard Collomb.

Fin novembre 2017, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait remis à Marin la médaille d’Or pour « acte de courage et de dévouement ». Le ministre s’était exprimé en ces termes : « Cher Marin, je suis convaincu que la République se doit de reconnaître ses héros, ceux qui, dans les gestes du quotidien, la défendent, portent haut ses valeurs. Et tu es incontestablement de ceux là. Ce soir, c’est toute France qui a la tête haute. »

Le procès de l’auteur présumé aura lieu en mai prochain

Le procès de l’agresseur de Marin se tiendra du 2 au 4 mai 2018 devant la cour d’assises des mineurs de Lyon. L’auteur présumé de 17 ans sera jugé pour “violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente, avec usage d’une arme”, à huis-clos.

Actu17.