Marne : Deux gendarmes du GIGN sauvent la vie d’un automobiliste très violemment agressé


Illustration. (photo François Destoc/PhotoPQR/Maxppp)

L’intervention de deux gendarmes de l’antenne du GIGN de Reims (Marne) a permis de mettre fin à une agression ultra-violente. La victime, un homme d’une soixantaine d’années, a été roué de coups et très grièvement blessé.


Deux gendarmes de l’Antenne du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (AGIGN) de Reims se rendaient à une séance de tir mercredi dernier, à bord d’un véhicule banalisé, lorsqu’ils sont tombés sur un embouteillage. Un peu plus loin, deux voitures bloquaient la circulation explique le site Gendinfo.

Les deux militaires ont décidé d’aller voir ce qu’il se passait. « En remontant la file, ils ont découvert un homme allongé au sol, couvert de sang, battu comme plâtre par l’autre automobiliste », explique le commandant en second de l’antenne. « Ils ont immédiatement maîtrisé et menotté l’agresseur, avant d’appeler les policiers, compétents sur cette zone. »

120 jours d’ITT

La victime âgée d’une soixantaine d’années qui était grièvement blessée a alors été secourue par les gendarmes, qui l’ont stabilisée. Le sexagénaire qui venait d’être violemment passé à tabac a ensuite été transporté à l’hôpital. Il a perdu un œil et présentait de nombreux traumatismes. 120 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) lui ont été attribués. Il devait être opéré dans les jours suivants, sans que son pronostic vital ne soit engagé.

L’agresseur a quant à lui été placé en garde à vue et devait être déféré. On ne connait pas ses motivations. Les faits se sont déroulés sans l’intervention des témoins, « dans une indifférence coupable » indique le site d’informations qui est géré par le service de communication de la gendarmerie nationale. Sans l’intervention des deux militaires de l’AGIGN, cette agression d’une violence inouïe aurait pu coûter la vie à la victime.