Maroc : 2 touristes scandinaves assassinées, l’une a été décapitée. 4 suspects arrêtés.


DR

La piste terroriste est « sérieusement » privilégiée par les autorités marocaines dans cette affaire. Quatre suspects ont rapidement été interpellés. Ces derniers auraient des liens « avec le milieu islamiste radical ». Les auteurs ont filmé le double assassinat et ont diffusé la vidéo.


Deux jeunes touristes scandinaves ont été assassinées ce lundi au sud du Maroc, à 10 km du centre du village d’Imlil, dans une zone montagneuse, d’une vallée du Haut-Atlas, en direction du sommet du mont Toubkal.

Une victime a été décapitée

Les corps des deux amies, Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, ont été découverts dans un site isolé où elles avaient installé leur tente pour la nuit. Les deux victimes portaient des traces de violences à l’arme blanche au cou. L’une avait été décapitée.

Les auteurs de cet acte ont par ailleurs filmé la mise à mort des deux victimes. Cette abominable vidéo que nous avons visionnée, a été diffusée sur Facebook. Les deux victimes y sont partiellement dénudées et on aperçoit un homme décapiter l’une des jeunes femmes au couteau. « C’est pour nos frères d’Hajin [ville en Syrie] » peut-on entendre sur cette vidéo.

Les autorités marocaines ont rapidement réagi et se sont rendues sur les lieux. Un important dispositif de sécurité a été mis en place afin de mettre la main sur les auteurs de ce double homicide sordide.

Un « groupe extrémiste »

Un suspect a été arrêté quelques heures après les faits, mardi, après un travail du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), assisté des services de la Gendarmerie Royale et de la Sûreté nationale. Ce dernier appartient à un « groupe extrémiste » a précisé le procureur général du roi près la Cour d’appel de Rabat.

Les trois autres suspects ont été arrêtés par la suite ont confirmé plusieurs médias locaux ce jeudi. Ils sont originaires de Marrakech. L’un des trois a un « passé judiciaire lié à des actes terroristes » selon une source proche du dossier citée par plusieurs journaux.

Les habitants sont traumatisés

Les enquêteurs marocains tentent de « vérifier le mobile terroriste qui est soutenu par des preuves et par les données de l’enquête » selon un communiqué du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ).

Les habitants d’Imlil, traumatisés par ce drame et inquiets pour l’avenir de leur région où le tourisme est très important, se sont mobilisés afin d’aider les enquêteurs a arrêter au plus vite les suspects recherchés.