Marseille : Un policier ouvre le feu sur le fourgon des cambrioleurs en fuite, 6 interpellations


Illustration. (Adobe Stock)

Six hommes âgés de 18 à 28 ans ont été interpellés dans la nuit de lundi à mardi à Marseille. Le conducteur du fourgon conduit par l’un des mis en cause a refusé de se soumettre à un contrôle de police, tentant de fuir. Les enquêteurs ont découvert peu après que ces derniers venaient de commettre un cambriolage.

INFO ACTU17. Il était environ 2h45 la nuit dernière lorsqu’une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC) a décidé de contrôler une camionnette qui roulait à pleine vitesse dans le quartier du Pont de l’Arc, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Le conducteur de ce véhicule a refusé de s’arrêter et a accéléré, commettant dans le même temps de nombreuses infractions routières.

Une course-poursuite s’est engagée avec les fuyards qui ont pris la direction de Marseille et des renforts de police ont été appelés.

Arrivé à hauteur de l’avenue des Aygalades dans le 15e arrondissement, un policier a ouvert le feu à deux reprises au niveau des pneus de la camionnette. Son véhicule devenu inutilisable, le conducteur en fuite n’a eu d’autre choix que de s’arrêter.

Ils se rebellent lors de leur interpellation et blessent des policiers

Les six occupants du véhicule ont alors tenté de s’enfuir et se sont rebellés lors de leur interpellation, blessant cinq policiers légèrement. Les six interpellés âgés de 18, 22, 23 et 28 ans, ont été placés en garde à vue. L’un est déjà connu des services de police.


Les suspects venaient de commettre un cambriolage

En fouillant le véhicule utilitaire des six hommes, les enquêteurs ont découvert qu’au moment de leur arrestation, ils venaient en fait de commettre un cambriolage à Aix-en-Provence dans les locaux du CREPS (Centre de ressources d’expertise et de performance sportive).

Il s’agit d’un « établissement public de formation dans les domaines du sport, de la jeunesse et de l’éducation populaire ». 4 VTT appartenant à ce centre ont été saisis par les policiers dans la camionnette des malfaiteurs.

L’enquête a été confiée au Groupe d’appui judiciaire (GAJ) de Marseille.