Marseille : Un policier traîné au sol par un dealer à scooter et sérieusement blessé


Illustration. (Jose Hernandez Camera 51/shutterstock).

Un policier de la brigade anticriminalité (BAC) a été blessé à Marseille ce mercredi soir au cours d’une intervention. Il tentait d’interpeller un dealer présumé sur un deux-roues, lorsque ce dernier a redémarré brutalement, traînant le fonctionnaire sur plusieurs mètres. Ce dernier est blessé.

Les policiers de la BAC se trouvaient dans le 6e arrondissement de Marseille vers 19 heures lorsqu’ils ont aperçu une jeune femme qui était postée au pied de son immeuble, téléphone à la main. Elle semblait attendre quelqu’un. Soupçonnant une livraison de produits stupéfiants à domicile – une méthode souvent appelée « Uber shit » -, les forces de l’ordre ont décidé d’observer discrètement cette femme afin de savoir qui elle attendait.

Quelques minutes après, un suspect est arrivé sur un scooter noir. Un échange a eu lieu entre les deux personnes. Les policiers ont alors surgi pour interpeller le dealer présumé. L’un des fonctionnaires l’a ceinturé pour l’empêcher de repartir mais l’homme a malgré tout réussi à redémarrer brusquement.

Plusieurs points de suture au tibia

Le policier a été traîné sur plusieurs mètres. Pour le forcer à lâcher prise, le fuyard a volontairement percuté un véhicule en stationnement selon une source proche de l’enquête. C’est la jambe du fonctionnaire qui a violemment heurté la carrosserie de cette voiture, avant de chuter lourdement au sol en se cognant la tête.

L’agent a été transporté par les marins-pompiers aux urgences de l’hôpital de La Timone (5e) où il s’est fait poser plusieurs points de suture au tibia droit. Il présentait une importante plaie. Le policier a tout de même pu regagner son domicile dans la soirée. Son incapacité totale de travail (ITT) devait être déterminée ce jeudi.

Le mis en cause est recherché et une enquête a été ouverte. Elle a été confiée aux policiers de la sûreté départementale. La cliente a été auditionnée et aurait confirmé qu’il s’agissait d’une livraison de stupéfiants.