🇫🇷 Metz : Choqué par les conditions de travail des policiers, il leur offre 5 ventilateurs.

par Y.C.
Hôtel de Police de Metz (c) Google

C’est un plaignant, choqué par la chaleur suffoquante, qui a mis la main au portefeuille.

L’histoire pourrait surprendre… voire choquer tout autant que l’a été ce plaignant, qui a décidé d’offrir cinq ventilateurs au commissariat de police de Metz à cause de la température étouffante des locaux administratifs.

Une situation connue de la hiérarchie

Mais la hiérarchie policière ne devrait pas être surprise de la tournure des événements compte tenu que plusieurs syndicats, selon nos informations, avaient alerté la direction des conditions de travail insupportables de leurs collègues en poste à Metz.

Le responsable départemental de l’UNSA Police s’est exprimé sur France Bleu, à ce sujet : « Chaque année, on écrit au directeur pour que le code du travail soit respecté. On demande pas la lune, seulement la mise en place de ventilateurs et la possibilité pour les fonctionnaires d’avoir une eau fraîche, filtrée et de qualité à disposition. »

Le Code du Travail est clair

Si, ni la chaleur caniculaire, ni la honte de se voir offrir des ventilateurs par un plaignant n’étouffent la hiérarchie policière, elle pourrait s’en mordre les doigts devant un tribunal administratif. Car le Code du Travail dispose que : « l’employeur [doit mettre] à la disposition des travailleurs de l’eau potable et fraîche pour la boisson » (article R4225-2) et que « l’air soit renouvelé » (article R4222-1) pour éviter que la température soit trop élevée ».

À Metz, selon Wilfried Antoine responsable à l’UNSA Police, les policiers sont obligés d’acheter eux-mêmes leurs propres ventilateurs et leur eau dans le supermarché d’à côté, rapporte France Bleu.

Actu17.