Metz : Le procureur de la République blessé au visage lors de la manifestation contre les violences policières


Le palais de justice de Metz a subi une intrusion, ce samedi, lors d'une manifestation contre les violences policières. (capture vidéo Twitter / @a_saatou)

Des heurts ont émaillé la fin de la manifestation contre le racisme et les violences policières à Metz, ce samedi. Le palais de justice a été pris pour cible et un magistrat a été blessé.

Une manifestation qui a rassemblé environ 800 personnes s’est tenue à Metz (Moselle), ce samedi en début d’après-midi. Les manifestants entendaient dénoncer le racisme, les violences policières et rendre hommage à George Floyd, cet Afro-Américain mort le 25 mai dernier lors d’une intervention de police aux États-Unis.

Dans le cortège, une quinzaine de personnes ont été interpellées, dont certaines étaient déjà défavorablement connues des services de police. À la fin du rassemblement, des heurts ont éclaté et le palais de justice a été pris d’assaut. La grande porte a été en partie brûlée et des vitres de la conciergerie ont été brisées, rapporte France Bleu.

Une intrusion dans le palais de justice

Soudain, dix à quinze intrus ont pénétré dans l’enceinte du bâtiment en passant par la porte d’accès piétons. Au même moment, le procureur de la République Christian Mercuri, qui venait sur place pour faire un état des lieux, a reçu une pierre au visage qui lui a causé des blessures.

Un affrontement a eu lieu devant le palais de justice avec des gendarmes mobiles venus rétablir l’ordre, comme le montre une vidéo publiée sur Twitter.


« En secouant la grande porte du palais de justice, des manifestants ont réussi à forcer la petite porte pour les piétons », a-t-il expliqué à BFMTV, depuis l’hôpital où il se trouvait. « Je suis venu voir les dégâts et j’ai reçu un caillou sur le nez ».

Le magistrat n’a été que légèrement blessé, mais « les faits auraient pu être plus graves », a déclaré le procureur général Xavier Tarabeux, ajoutant : « Je déplore qu’une manifestation, au demeurant non autorisée mais qui se voulait pacifiste, ait conduit à ce qu’il soit blessé ».

Le député de la 3ème circonscription de la Moselle a déclaré dans un tweet condamner ces violences « avec la plus grande fermeté ».

Une enquête est en cours

Aucun des individus interpellés ne l’a été pour cette agression. Cette intrusion qui n’a duré que quelques secondes. Une enquête a été ouverte et confiée à la Sûreté départementale de la Moselle.

Les policiers pourront notamment s’appuyer sur les enregistrements de la vidéosurveillance du palais pour tenter d’identifier l’auteur du jet de projectile.