Meurtre de Magali Blandin : son mari qui était passé aux aveux s’est suicidé en prison

Le corps de Magali Blandin, 42 ans, avait été découvert en mars 2021 près de Montauban-de-Bretagne en Ille-et-Vilaine.

Jérôme Gaillard, 45 ans, s’est donné la mort en prison. Il était incarcéré depuis mars dernier après avoir été mis en examen pour l’assassinat de sa femme, Magali Blandin. L’homme était passé aux aveux.

Incarcéré depuis près de huit mois, Jérôme Gaillard s’est suicidé dans sa cellule de prison révèle Le Parisien. Son corps a été découvert peu après 4 heures du matin ce lundi lors d’une ronde des surveillants pénitentiaires. Le quadragénaire s’est pendu. Il laisse derrière lui quatre enfants, âgés de 4 à 15 ans.

Jérôme Gaillard avait été mis en examen en mars dernier. Il a reconnu « en présence de son avocat être l’auteur du meurtre prémédité de sa femme », avait indiqué le procureur de la République. Le père de famille avait conduit les enquêteurs jusqu’à l’endroit où il avait enterré le corps de son épouse, « dans la forêt enneigée, après l’avoir recouverte de chaux vive » près de Montauban-de-Bretagne, à une trentaine de kilomètres de Rennes (Ille-et-Vilaine). Le couple était en instance de divorce et Magali Blandin avait quitté le domicile familial en septembre 2020. Elle a été tuée à coups de batte de baseball.

Le tueur présumé avait débuté une grève de la faim il y a 3 semaines pour livrer, disait-il, « son dernier combat », a précisé son avocat, Me Jean-Guillaume Le Mintier, au Parisien. Le suspect souhaitait que ses quatre enfants puissent être réunis et qu’ils puissent voir leur père dès qu’ils en exprimaient le désir.

Cinq autres personnes dont les parents du tueur présumé mises en examen

Trois autres personnes, de nationalité géorgienne, ont été mises en examen dans ce dossier. Jérôme Gaillard aurait dans un premier temps fait appel à ces dernières pour tuer son épouse, et leur aurait versé 20 000 euros, avant de s’en charger lui-même. Le meurtre de Magali Blandin s’est « doublé d’une tentative d’extorsion [sur le tueur présumé] commise après la disparition de la mère de famille par certains de ces Géorgiens », avait détaillé le procureur de la République. Il semblerait que les Géorgiens aient tenté de faire chanter Jérôme G. avec un enregistrement audio. L’un d’eux a également été mis en examen pour « meurtre en bande organisée ».

Les parents du suspects, Jean et Monique Gaillard, âgés de 72 et 75 ans, ont également été mis en examen pour tentative de complicité de meurtre par conjoint et complicité de meurtre par conjoint et écroués dans cette affaire rocambolesque.