Meurtre de Wilhem Houssin près de Rennes : cinq suspects dont deux mineurs écroués


Wilhem Houssin a été violemment roué de coups avant de décéder 72 heures plus tard. (DR)

Cinq jeunes individus, dont deux mineurs, ont été mis en examen et écroués pour avoir mortellement roué de coups, en pleine rue, Wilhem Houssin, à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes (Ille-et-Vilaine). Ce père de famille de 49 ans est décédé 72 heures après son agression ultra-violente, à l’hôpital.

Une information judiciaire a été ouverte et cinq suspects sont désormais derrière les barreaux. Wilhem Houssin, qui était bien connu dans le milieu de la culture rennais, a été victime d’une agression ultra-violente dans laquelle il a perdu la vie.

Le jour des faits, mercredi 21 juillet, cet homme de 49 ans se trouvait avec sa compagne dans le quartier de Morinais, au niveau de la rue André-Malraux, à Saint-Jacques-de-la-Lande. Le couple venait visiter un appartement mais ils ont « eu des difficultés pour trouver l’adresse du rendez-vous » a expliqué le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc cité par Le Télégramme. La victime a « eu un contact avec un groupe de jeunes hommes. Une altercation s’en est suivi pour un motif qui n’est pas établi ». Suite à cette altercation, ce père de jumeaux de 12 ans « a chuté lourdement au sol, où il a subi d’importantes violences », précise le magistrat. Il a été sauvagement roué de coups.

Ils ne reconnaissent pas les faits

Transporté à l’hôpital vers 15h30 par les secours au CHU de Pontchaillou, dans un état grave, Wilhem Houssin est décédé le samedi suivant des suites de ses graves blessures. « L’autopsie a révélé la présence de lésions traumatiques à la face, au tronc et sur les membres inférieurs ainsi que diverses fractures notamment à la tête. La cause du décès est en lien avec les lésions à la tête », a décrit le procureur de la République.

Cinq suspects ont été identifiés puis interpellés par les enquêteurs. Il s’agit de deux adolescents de 17 ans et de trois jeunes hommes de 19, 20 et 21 ans. Ils sont tous déjà connus des services de la police et la justice. Au cours de leurs auditions, deux d’entre eux ont reconnu avoir commis des violences légères sur la victime, deux autres ont nié et le dernier a affirmé qu’il était présent mais qu’il n’avait pas commis de violences. Ils ont tous les cinq été mis en examen pour homicide volontaire vendredi soir avant d’être écroués.

Près de 600 personnes ont participé ce samedi à une marche en hommage à Wilhem Houssin, dans la commune de Vezin-le-Coquet, où le défunt vivait. Son père, René-François Houssin, est également le maire de cette ville.