Meurtre d’une femme de 94 ans à Bully-les-Mines : le voisin est passé aux aveux


Illustration Actu17 ©

Le voisin qui avait fait appel à la police, évoquant deux agresseurs en fuite, a été placé en garde à vue. Il a reconnu le meurtre et doit être déféré dans les prochaines heures.

Marie-Jeanne Stockman, 94 ans, est décédée ce jeudi matin à la suite d’une violente agression à son domicile situé dans la rue Bonaparte à Bully-les-Mines, près de Lens (Pas-de-Calais). C’est un voisin âgé de 39 ans qui a fait appel à la police peu après 9 heures.

Ce dernier a d’abord expliqué aux policiers qu’il avait été témoin de cette violente agression et que les deux auteurs avaient pris la fuite. Le trentenaire était blessé au niveau des mains et du visage, il s’agissait de griffures et de coupures. Il a également déclaré avoir surpris deux agresseurs et les avoir mis en fuite après une bagarre avec eux. Le duo serait parti sur un scooter selon son récit.

L’homme a été transporté à l’hôpital par les sapeurs-pompiers, pour que ses blessures soient soignées. Mais rapidement, sa version des faits s’est effritée et les policiers de la sûreté départementale l’ont placé en garde à vue. Ses déclarations se sont révélées incohérentes et ses vêtements présentaient des traces de sang. De plus, ses blessures correspondaient davantage à des traces de défense d’une victime.

Ses motivations restent inconnues

Les enquêteurs ont dans le même temps constaté qu’il n’y avait eu aucune effraction au domicile de Marie-Jeanne Stockman, et qu’aucun vol ne semblait avoir été commis. Le suspect de 39 ans est finalement passé aux aveux dans la journée et a reconnu le meurtre de la nonagénaire. Des faits qu’il n’a pas expliqué dans un premier temps, évoquant par la suite un coup de folie.

La victime présentait un égorgement important et de multiples plaies à la tête, ainsi que des blessures provoquées par des morceaux de verre venant des portes d’un meuble indique une source proche de l’enquête. Une autopsie a été pratiquée ce vendredi.

Le mis en cause, qui était jusqu’ici inconnu des services de police, doit être déféré dans les prochaines heures en vue de sa mise en examen. L’homme devrait ensuite être placé en détention provisoire.