Militaires tués au Burkina : La mère d’Arnaud Beltrame juge « très égoïste » le comportement des otages


Les deux ex-otages français et l'otage sud-coréenne ont été reçus au palais présidentiel burkinabé ce samedi matin. (photo Président du Faso)

« Je me sens proche, spirituellement, de ces familles qui sont en train de vive ce que je vis depuis plus d’un an », a déclaré la mère d’Arnaud Beltrame.


Ce dimanche, la mère du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, qui s’était substitué à une otage lors de l’attentat de Trèbes en mars 2018, et avait trouvé la mort, s’est exprimée dans les colonnes du JDD.

« Une zone excessivement dangereuse pour du loisir »

Nicolle Beltrame a précisé qu’il y a « une énorme différence », entre l’intervention de son fils et celle des deux militaires d’élite tués vendredi au Burkina Faso en libérant quatre otages. « Arnaud a agi en France, pas sur un théâtre de guerre, et les otages su Super U de Trèbes étaient pris au dépourvu dans leur vie quotidienne », a-t-elle indiqué.

« Les deux touristes [Français, ndlr], Patrick Pique et Laurent Lassimouillas, eux, sont allés dans une zone excessivement dangereuse pour du loisir, pour un plaisir personnel. Je trouve ça très égoïste », juge la mère du militaire mort en héros.

Et de poursuivre : « Arnaud a devancé l’appel en se constituant otage à la place de Julie, la caissière. Les hommes de la Marine nationale ont répondu à des ordres. Certes, le résultat est le même : horrible. Je me sens proche, spirituellement, de ces familles qui sont en train de vive ce que je vis depuis plus d’un an », a-t-elle déclaré.