🇫🇷 Mont-de-Marsan : Un détenu radicalisé tente d’ébouillanter des agents pénitentiaires.

par Y.C.

Christian Ganczarski, un détenu radicalisé déjà connu pour avoir agressé trois agents pénitentiaires en janvier dernier, a tenté d’ébouillanter des surveillants de la maison d’arrêt.

Le détenu, condamné à 18 ans de prison pour complicité dans l’attentat de Djerba (Tunisie), en 2002, est actuellement incarcéré à la maison d’arrêt de Mont-de-Marsan (Landes), en isolement. L’homme a tenté de jeter une casserole d’eau bouillante sur les surveillants pénitentiaires.

Selon un communiqué du syndicat CGT pénitentiaire cité par Actu Pénitentiaire qui rapporte cette information, «Ce détenu a continuellement une casserole d’eau chaude ou d’huile sur le feu et attend la moindre petite faille du personnel afin de pouvoir l’utiliser».

Les États-Unis souhaitent l’interroger

Ce même syndicat demande une sanction à l’encontre du mis en cause et à plus long terme, « une extradition » vers les États-Unis qui souhaitent l’interroger sur son implication dans les attentats du 11 septembre 2001.

L’homme avait déjà attaqué des surveillants en début d’année

En janvier dernier, Christian Ganczarski avait attaqué trois surveillants de la prison de Vendin-le-Veil (Pas-de-Calais) en utilisant une paire de ciseaux et en criant « Allah Akbar ». Les trois agents pénitentiaires avaient été blessés, l’un plus gravement.

L’homme avait été mis en examen pour tentative d’assassinat par un juge antiterroriste. Une attaque qui avait provoqué un large mouvement d’actions et de mobilisations du personnels pénitentiaires.

L’administration pénitentiaire conteste les faits de cette nouvelle affaire

Cependant, l’administration pénitentiaire cité par Le Parisien, a jugé que les faits n’étaient pas avérés en précisant qu’au « moment de la distribution des repas, le détenu aurait subitement retiré ses mains du passe menottes et se serait précipité au fond de sa cellule (…) Les surveillants ont eu le temps de fermer l’ouverture », ajoutant que les règles de sécurité ont parfaitement été appliquées et ont bien fonctionné.

Ce détenu est un ancien cadre d’Al-Qaïda et est incarcéré depuis 2009 pour avoir été le cerveau de l’attentat de Djerba en 2002, ayant fait 21 morts.

Actu17.