🇫🇷 #Morbihan Dégradation de leur vie de famille à cause du travail : des policiers «à bout» témoignent.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Des policiers de Vannes à la limite du burn-out témoignent. Selon eux, des actions seront menées sous peu.

● C’est une nouvelle règle d’emploi des fonctionnaires de police, imposée par la Direction Centrale de la Sécurité Publique (DCSP), qui a mis le feu aux poudres en modifiant leur cycle de travail. Leur nouveau rythme est en place depuis début septembre. Appelé « 4/2 inversé » il en résulterait des repos raccourcis comparé à l’ancien cycle « 4/2 ».

● Un policier experimenté qui souhaite garder l’anonymat témoigne pour Ouest-France : « Vous savez, mes nouveaux horaires font pleurer ma femme, aujourd’hui. Nous avions des projets avec ce qu’on nous avait promis. Aujourd’hui, ce n’est plus un rêve, c’est un cauchemar ».

● Un autre gardien de la paix raconte : « Je n’ai pas peur de dire que ça fait longtemps que rien ne va plus dans la police. Je crois avoir assez donné dans ma carrière, et si on me donnait le salaire d’un commissaire pour aller bosser en région parisienne, je dirais non. On a trop donné et voilà comment on nous traite aujourd’hui ».

● Interrogé par le quotidien régional, un fonctionnaire de police syndiqué explique qu’Unité-SGP notamment avait fait des propositions pour que lui et ses collègues puissent bénéficier d’un weekend de repos sur deux. « Mais l’administration, quant à elle, a proposé trois autres cycles qui, au contraire, sont pires qu’avant, bénéficiant toujours d’un week-end sur six et en prime des repos plus courts. Où est l’amélioration de nos conditions de travail et la qualité de vie ? On se fout vraiment de nous » a-t-il déclaré.

Actu17.