Morbihan : Il renverse un piéton et prend la fuite, un avocat placé en garde à vue


Illustration Actu17 ©

Le mis en cause est un avocat : Mathieu Davy, connu pour avoir assuré la défense de Jean-Luc Mélenchon en octobre 2018, suite à la perquisition du siège de la France insoumise dans l’affaire des emplois présumés fictifs.

L’accident s’est produit ce dimanche vers 19h30 à proximité de la mairie de Plouhinec dans le Morbihan. Une voiture a fauché un piéton, puis son conducteur a pris la fuite. Le pronostic vital de l’homme de 51 ans, violemment percuté, est engagé. Il a été héliporté en urgence à l’hôpital de Rennes.

Le fuyard, quant à lui, serait un avocat parisien connu du grand public, révèle Libération. Ce dernier, Mathieu Davy, après s’être enfui, a contacté la Gendarmerie pour l’informer qu’il avait causé l’accident. La procureure de la République a confirmé que l’avocat avait été interpellé et placé en garde à vue pour « blessures involontaires aggravées par le délit de fuite ».

____

Droit de réponse de M. Mathieu DAVY en date du 19 juin 2019 :


« Je tiens à réagir à cet article qui relate l’accident de la circulation dans lequel j’ai été impliqué dimanche soir, alors que je me rendais à Plouhinec afin d’aller chercher des pizzas pour ma famille. J’ai été confronté à un déséquilibré, manifestement alcoolisé et posté au milieu de la chaussée,qui invectivait les automobilistes, leur barrait le passage et donnait des coups sur leurs voitures. ll a tout d’abord tapé de la main sur ma portière avant que je ne me gare quelques mètres plus loin.Un quart d’heure plus tard, j’ai repris mon véhicule et emprunté le chemin inverse. L’homme se trouvait toujours sur la route. Alors qu’il parlait avec un passant et me tournait le dos, entendant ma voiture arriver, il s’est subitement retourné et projeté sur ma trajectoire. Face à un comportement si imprévisible, le choc était inévitable et je l’ai percuté côté conducteur, malgré le coup de volant donné vers la droite pour l’éviter. Tétanisé et n’ayant pas conscience de la violence du choc étant donné ma faible allure, j’ai craint qu’il ne revienne et tente de m’agresser physiquement. J’ai donc roulé jusqu’à mon domicile, à 70 minutes de là et ai appelé la gendarmerie pour m’identifier comme l’auteur de l’accident. Les gendarmes m’ont alors appris que la victime était très grièvement blessée. Lorsque j’étais en garde à vue, j’ai appris que Mme Peyrefitte, Procureure du TGI de Lorient et son adjoint, M. Thomas, avaient indiqué à la presse : « l’avocat de Jean-Luc Mélenchon est en garde à vue pour délit de fuite ». Cette communication du Parquet présentant les faits partiellement et à charge nuit gravement à ma réputation, constitue une violation du secret de l’enquête et porte manifestement atteinte à ma présomption d’innocence.

Après 48 heures de garde à vue, j’ai été mis en examen, conformément à mon souhait qu’une instruction soit ouverte, afin d’avoir accès au dossier ainsi qu’à un magistrat indépendant, et de faire valoir mes droits et ma défense. Je suis soulagé de ne plus dépendre du Parquet, qui a décidé de « se payer » l’avocat d’un homme politique, dans le but de nuire à cet homme politique et m’a fait passer pour un chauffard irresponsable et multirécidiviste, ce que je ne suis pas. »