🇫🇷 Mort d’Aboubakar Fofana à Nantes : Le CRS qui a ouvert le feu déféré en vue de sa mise en examen.

par Y.C.
Photo Remy Buisine ©

Le policier en cause avait été placé en garde à vue ce jeudi. Il a été déféré ce vendredi soir pour « coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique » a annoncé le procureur de la République, qui a requis sa mise en examen.

Le placement en détention provisoire du policier n’a toutefois pas été requis, mais le parquet a demandé son placement sous contrôle judiciaire.

Sur le déroulement des faits ce mardi soir quartier du Breil à Nantes, le procureur a indiqué qu’Aboubakar Fofana avait été contrôlé par l’équipage de police car il conduisait sans ceinture. L’homme a bien donné une fausse identité selon le magistrat.

Le suspect a enclenché une marche arrière et a percuté un autre véhicule en stationnement. Il a ensuite tenté de faire « une autre marche arrière ». « C’est à ce moment là que le policier a fait usage de son arme », a détaillé le procureur de la République lors d’une conférence de presse ce vendredi soir.

Le policier a quant à lui expliqué qu’il avait voulu saisir le volant, expliquant que le coup de feu était accidentel. « L’autopsie du corps de la victime établit qu’un seul coup a été tiré ». De nouvelles autopsies vont être réalisées a ajouté le magistrat.

Le policier a avoué un tir accidentel durant sa garde à vue

Le CRS placé en garde à vue aurait avoué avoir pénétré la moitié de son corps dans l’habitacle du véhicule pour tenter de maitriser le suspect et ainsi l’interpeller. C’est à ce moment là qu’un coup de feu serait parti accidentellement de son arme à feu qu’il tenait dans la main selon ses explications ce vendredi.

Les policiers avaient évoqué un cadre de légitime défense initialement, expliquant que le suspect avait fait une brusque marche arrière pour prendre la fuite, percutant un fonctionnaire.

Aboubakar Fofana, 22 ans, faisait l’objet d’une fiche de recherche dans le cadre d’une affaire de «vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs». Par ailleurs, son véhicule était surveillé par les services de police dans le cadre d’une affaire de trafic de stupéfiants.

Actu17.