Mort de Valéry Giscard d’Estaing : une journée de deuil national décrétée le 9 décembre


Valéry Giscard d'Estaing, le 1er février 2014. (photo Tobias Kleinschmidt)

Emmanuel Macron a annoncé dans son allocution en hommage à Valéry Giscard d’Estaing qu’il décrétait une journée de deuil national mercredi 9 décembre en hommage à l’ancien chef de l’État.


Le président de la République Emmanuel Macron a révélé que l’ancien chef de l’État Valéry Giscard d’Estaing, décédé ce mercredi, ne voulait pas de funérailles nationales. « La même pudeur qui le conduisit à ne pas se prévaloir de soin engagement dans les forces françaises libres fait qu’il n’a pas voulu d’hommage national », a expliqué le président de la République dans son discours ce jeudi soir.

« Je décréterai un jour de deuil national le mercredi 9 décembre. Les Français pourront écrire un mot pour lui dans les mairies », a-t-il annoncé. Le « 2 février, jour de sa naissance, un hommage lui sera rendu au Parlement européen », a aussi indiqué Emmanuel Macron.

« Il habite nos vies plus encore que nous ne le pensons. Quarante ans après avoir présidé, ce qu’il a accompli nous accompagne toujours », a déclaré le chef de l’État. L’ancien président a débuté une « profonde mutation de notre pays, à un temps de défis et de rude concurrence mondiale » et a fait « entrer dans la France dans une modernité sociale, institutionnelle, dans une mondialisation en plein essor. Il a regardé notre pays en face, avec les yeux d’une génération nouvelle qui a voulu le progrès sans sacrifier sa liberté. Nous marchons dans ses pas », a-t-il poursuivi.

Les obsèques de Valéry Giscard d’Estaing auront lieu dans la plus stricte intimité familiale, samedi à Authon dans le Loir-et-Cher. C’est dans ce village qu’il est décédé ce mercredi soir, du Covid-19 a précisé sa famille.