Mort d’Emiliano Sala : Le footballeur a été exposé à un très haut niveau de monoxyde de carbone


(photo @FCNantes)

Un rapport de l’Air Accidents Investigations Branch (AAIB) apporte de nouveaux éléments dans l’enquête sur le crash de l’avion qui transportait le footballeur argentin Emiliano Sala et son pilote David Ibbotson, le 21 janvier dernier.

Emiliano Sala pourrait avoir été tué par des niveaux très élevés de monoxyde de carbone, auxquels il a été exposé au moment du crash. C’est ce que révèle l’AAIB ce mercredi dans son dernier rapport.

L’avion du footballeur piloté par David Ibbotson, s’était écrasé dans la Manche alors que le joueur devait rejoindre Cardiff, où il venait d’être transféré après avoir joué au FC Nantes.

Pour l’heure, seul le corps d’Emiliano Sala a été retrouvé. Il se trouvait dans l’épave de l’avion qui a été localisée le 3 février dernier dans la Manche. Des examens toxicologiques ont été réalisés et ont montré que le niveau de monoxyde de carbone présent dans le sang du footballeur argentin était si élevé, qu’il pourrait être à l’origine de son décès.

Un taux de carboxyhémoglobine de 58%

Les deux occupants de l’avion ont vraisemblablement été exposés au gaz avant le crash de l’avion a expliqué Geraint Herbert, l’enquêteur principal de l’AAIB.


Le taux de carboxyhémoglobine, le complexe stable qui se forme dans les globules rouges en cas d’inhalation de monoxyde de carbone, a été mesuré à 58% dans le sang d’Emiliano Sala. Un taux au dessus de 50% peut se révéler mortel.

L’avion a-t-il connu une panne avant que le crash se produise ? Du gaz dans la cabine serait-il la raison de l’accident mortel ? Ces nouveaux éléments font en tout cas prendre une nouvelle direction à l’enquête, qui se poursuit.