🇫🇷 Moselle : Après le suicide d’un policier, 2 chefs de service mis à l’écart.

   par C. Laudercq et R. Lefras.
Illustration Actu17 ©

Les tensions perduraient depuis longtemps entre des policiers de Saint-Avold et ceux de Freyming-Merlebach. Les deux commandants, chefs de service, ont été écartés.

Vendredi, s’est tenue une réunion extraordinaire du Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), à la demande du bureau local du syndicat Unit-SGP FO. Le préfet de la Moselle et le Directeur Départemental de la Sécurité Publique (DDSP) étaient notamment présents. La réunion avait pour but de revenir sur le drame qui s’est déroulé le 21 janvier dernier au commissariat de Saint-Avold, lorsqu’un gradé de la police nationale, Hervé Hinschberger, s’était donné la mort.

Un management inhumain ?

Il en est ressorti que les deux chefs de service avaient eu leur part de responsabilité dans les relations délétères entre les unités de nuit des commissariats de Saint-Avold et de Freyming-Merlebach. Un responsable syndical a affirmé au Républicain Lorrain : « La hiérarchie était au courant, mais n’a pas été à la hauteur de la situation. […] considérant les fonctionnaires de police plus comme des machines que comme des humains ».

Un policier harcelé par certains de ses collègues

Selon le syndicaliste : « le problème ne vient pas seulement de la hiérarchie, des fonctionnaires de police sont également en cause ». Les commandants « n’ont surtout pas protégé Hervé Hinschberger » de certains de ses collègues. Le policier était accusé, à tort, d’être à l’origine d’une enquête interne contre des policiers locaux.

Les chefs de service écartés

La réunion extraordinaire du CHSCT a permis d’éloigner les deux commandants de police. « C’est une sage décision, qui devrait rapidement permettre d’apaiser la situation », a indiqué le responsable syndical.

Actu17.