🇫🇷 Mouvement de colère des surveillants : 7 prisons actuellement gérées par la police et la gendarmerie.

par Y.C.
Illustration D.R.

Pour pallier en partie l’absence de personnels pénitentiaires, le Gouvernement a décidé d’employer les forces de l’ordre aux tâches habituellement dévolues aux gardiens de prison.

Des surveillants refusent de prendre leur service

Ce mardi à 14 heures, les surveillants de 13 établissements pénitentiaires ont refusé de prendre leur service, selon un communiqué du Ministère de la Justice.

Sept prisons gérées par les forces de l’ordre

Parmi ces 13 établissements, 7 sont actuellement gérés par des militaires de la Gendarmerie ou des fonctionnaires de la Police Nationale, qui dépendent du Ministère de l’Intérieur, selon un message du Porte-parole du Ministère de la Justice Youssef Badr, rapporte ActuPenit.

Les établissement gérés par les forces de l’ordre sont les suivants : Sequedin, Maubeuge, Metz, St-Quentin Fallavier, Le Mans-les-Croisettes, Bayonne et Villenauxe-La-Grande.

Le mouvement de colère se durcit

Des blocages ont également lieu dans dix établissements pénitentiaires. Le mouvement de grogne des surveillants se durcit après une semaine d’actions à l’appel des syndicats, ainsi que le refus d’une proposition faite par le Ministère de la Justice. Les personnels pénitentiaires revendiquent de meilleures conditions de travail.

Actu17.