Nancy : Il contacte des tueurs sur le Darknet pour faire assassiner son ex-compagne


Illustration. (Adobe Stock)

Un étudiant tchadien âgé de 28 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Nancy (Meurthe-et-Moselle) ce vendredi à deux ans de prison ferme, pour avoir contacté des tueurs à gages sur le Darknet. Sa cible était son ex-compagne.


Ses arguments durant l’audience qui a duré quatre heures, n’ont rien arrangé. Ahmed I., 28 ans, a plaidé « la curiosité ». L’homme était jugé ce vendredi au tribunal correctionnel de Nancy et n’a pas semblé se rendre compte de la gravité des faits qu’il a commis raconte Le Républicain Lorrain. Le prévenu en première année d’étude pour devenir professeur des écoles à Metz, était jugé pour avoir contacté des tueurs à gage sur le Darknet.

Pour ce faire, l’homme a publié des annonces dans lesquelles il expliquait qu’il voulait tuer son ex-compagne – qui l’aurait trompé – et le nouveau petit ami de cette dernière. Il a demandé des informations sur les différents tarifs et a donné des photos des deux victimes ainsi que leur lieu de travail. Parmi ses interlocuteurs, une importante organisation criminelle du Mexique, le cartel de Sinaloa.

« Je n’ai jamais eu l’intention de la tuer »

Ahmed I. a affirmé qu’il avait été escroqué de 3000 dollars sur un forum de discussions. Il avait également souscris à un prêt à la consommation de 3400 euros précisent nos confrères.

L’enquête a débuté suite à un signalement à la plateforme Pharos ainsi qu’à un message de journalistes de la chaîne anglaise BBC, qui réalisaient une enquête sur le crime organisé sur internet. Lors des investigations, les policiers ont découvert un dossier « Personne à éliminer » sur l’ordinateur du mis en cause. « Je n’ai jamais eu l’intention de la tuer. Je voulais voir jusqu’où ça irait. Je suis curieux, c’est un vilain défaut que j’ai », a lâché le prévenu lors de l’audience.


Il a été conduit en prison

Le parquet a requis une peine de cinq ans de prison dont deux ans avec sursis. Il a finalement écopé de quatre ans d’emprisonnement dont la moitié avec un sursis probatoire, ainsi qu’à une interdiction de séjour en Meurthe-et-Moselle de deux ans. L’homme a été écroué à l’issue de l’audience a annoncé le procureur de la République.

Quant à la victime et son petit-ami qui vivaient dans la terreur après qu’elle a été alertée par les journalistes anglais de cette situation, elle a déposé plainte contre son ex pour viol. Une enquête a été ouverte.