🇫🇷 Nantes : Nouvelle nuit de violences urbaines après le décès d’un individu lors d’un contrôle de police. 11 interpellations.

par Y.C.
Photo Rémy Buisine ©

Des véhicules ont été incendiés et des bâtiments dégradés la nuit dernière à Nantes. 11 personnes ont été interpellées. De violents incidents qui font suite au décès d’Aboubakar Fofana lors d’un contrôle de police ce mardi soir, quartier du Breil.

Seconde nuit de violences à Nantes, où la tension n’est pas encore retombée. 11 personnes, dont quatre mineurs, ont été interpellées lors des violents incidents indique Le Figaro, où plusieurs véhicules ont été incendiés, tandis que des bâtiments publics ont été dégradés, notamment une bibliothèque, mais aussi des commerces. Dans le quartier Dervallières, une quarantaine de véhicules ont été incendiés.

Un policier visé par un tir de 22 long rifle à la tête

La police et les gendarmes mobiles déployés plus tôt dans la soirée dans le quartier du Breil, celui des Dervallières et Malakoff, ont fait face à de petits groupes d’invididus, qui provoquaient des départs de feu avant de prendre la fuite. Une nuit qui a toutefois était plus calme que la précédente.

Photo Rémy Buisine ©

Parmis les 11 interpellés, certains sont aussi soupçonnées d’être impliqués dans le tir de 22 long rifle sur le casque d’un policier ce mercredi soir, qui n’a miraculeusement pas été blessé.

Photo Rémy Buisine ©

Le suspect était recherché

Des violences qui font suite à la mort d’Aboubakar Fofana, 22 ans, mortellement neutralisé par le tir d’un CRS alors qu’il tentait de se soustraire à un contrôle d’identité des policiers ce mardi soir. Un policier a été percuté et légèrement blessé lors de la brusque marche arrière du véhicule du suspect. Des enfants se trouvaient par ailleurs à proximité de la voiture selon les policiers.

Aboubakar Fofana, originaire de Garges-les-Gonesse (Val d’Oise), faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour «vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs».

Le SRPJ de Nantes et l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) ont été saisis. L’état de légitime défense du policier devra être confirmée.

Actu17.