Nice : Des bornes d’appels d’urgence installées dans les rues de la ville


Des bornes d’appel d’urgence sont installées à Nice. (Twitter / @cestrosi)

Une quinzaine de ces bornes vont faire leur apparition dans les rues de Nice (Alpes-Maritimes). La première a été installée ce mercredi.

Elles rappellent les bornes reliées à police-secours apparues dans Paris en 1928 puis abandonnées avec l’avènement du téléphone dans les années 70. À ceci près que ces bornes installées à Nice sont reliées à la police municipale, équipées d’une caméra et s’intègrent au réseau de vidéosurveillance de la ville.

Depuis ce mercredi, le premier exemplaire trône sur l’avenue Jean-Médecin. Un panneau tricolore surplombe l’installation et supporte un mode d’emploi.

Une centaine de bornes, à terme ?

À 2 000 euros l’unité, une quinzaine de ces bornes doit être installée d’ici quelques semaines. Elles prendront place dans des secteurs fréquentés, comme la promenade des Anglais ou la place Garibaldi. Si l’expérience est concluante, une centaine d’exemplaires devraient être installés dans la ville, à terme.

« En appuyant sur le bouton jaune, chacun peut, par exemple, signaler un colis abandonné, une personne en difficulté ou un enfant perdu » explique le maire, Christian Estrosi. Ce bouton d’alerte doit être appuyé à deux reprises pour caractériser l’acte volontaire du requérant et dissuader les plaisantins. La caméra intégrée sur l’appareil et encadrée de LEDs permet aux policiers municipaux du centre de supervision urbain (CSU) de voir le requérant en direct.

Immédiatement après le déclenchement d’un appel, les caméras de vidéosurveillance de la ville s’orientent vers la borne qui est géolocalisée, précise au journal Le Parisien, le directeur adjoint des services numérique à la Métropole Nice Côte d’Azur. Concernant les questions sur le respect de la vie privée, l’édile a affirmé que les images des appels n’étaient pas enregistrées.