🇫🇷 Nièvre : 8 suspects mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur 4 enfants.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Parmi les suspects se trouvent les parents des victimes et des membres de leur entourage. Les agresseurs présumés ont été mis en examen pour près de 70 délits et crimes présumés.

Cinq hommes et trois femmes ont été mis en examen ce vendredi, pour viols et agressions sexuelles répétés sur quatre garçons de 4 à 9 ans dans la Nièvre, a annoncé le parquet de Nevers, lundi 12 novembre.

Les cinq hommes ont été placés en détention provisoire a indiqué le vice-procureur de Nevers, Paul-Édouard Lallois. Les trois femmes qui sont soupçonnées d’avoir commis « moins d’infractions et de moindre gravité », ont quant à elle été placées sous contrôle judiciaire.

Les faits présumés et visés par l’enquête se sont déroulés entre 2009, l’année de naissance du garçon le plus âgé, et 2017. C’est cette même année que les enfants ont été placés, après des signalements des services éducatifs. Alors que les premiers signalements faisaient état de « carences éducatives combinées à des soupçons de maltraitance », les victimes se sont progressivement exprimées une fois qu’elles se sont trouvées dans un « milieu protégé » a indiqué le magistrat.

L’enquête ouverte depuis janvier 2018 par les gendarmes de la brigade de recherches de Château-Chinon a permis de déterminer que les faits présumés ont été commis « à domicile », dans de petites communes du centre de la Nièvre explique Le Journal du Centre.

Deux des suspects étaient déjà en détention provisoire

Les huit personnes mises en examen sont âgées de 25 à 48 ans. Il s’agit d’un couple et de deux anciens couples, parmi lesquels les parents des victimes, deux frères de 8 et 4 ans, et deux autres frères de 9 et 4 ans.

Deux autres hommes était déjà incarcérés et mis en examen dans une affaire similaire.

Concernant les suspects, « ces personnes, résidant dans les secteurs de Châtillon-en-Bazois et de Saint-Saulge, étaient amenées à se côtoyer dans un cadre amical » a précisé Paul-Édouard Lallois.

Des dizaines d’infractions

Des mises en examen pour plus de 70 faits, notamment de « viols aggravés sur mineurs (de moins) de 15 ans, pour certains avec un caractère incestueux », « d’agressions sexuelles avec les mêmes circonstances aggravantes », de « corruption de mineurs », de « violences aggravées » ou encore de « privation d’aliments », selon le procureur.