🇫🇷 Nîmes : Le conducteur qui a foncé dans la foule de la Feria a hurlé «Allah Akbar» affirment des témoins.

par Y.C.
Capture écran Twitter @hocinerouagdia

L’automobiliste qui a été placé en garde à vue a été hospitalisé, il n’a pu être entendu pour l’heure. Deux victimes ont été blessées et prise en charge au CHU de Nîmes. L’acte volontaire a été retenu par les enquêteurs.

Il était environ 01h30 du matin dans la nuit de jeudi à vendredi lorsque le conducteur d’une voiture Opel a foncé sur la foule rue Racine, une rue du centre-ville de Nîmes, devant le bar l’Instant T. L’ambiance était alors très festive puisque la féria des vendanges avait débuté le jour même, pour se terminer ce dimanche. Des barrières anti-intrusion avaient d’ailleurs été installées dans les rues rappelle Midi-Libre.

Deux personnes qui se trouvaient justement derrière l’une de ces barrières qui a stoppé la course de la voiture, ont été blessées. Une foule se trouvait dans la rue au moment des faits.

Le suspect est un employé municipal

Alors que des témoins ont fait sortir le conducteur de sa voiture, ce dernier est parvenu à prendre la fuite, avant d’être rattrapé par la foule et interpellé par la police rapidement arrivée sur place.

Le suspect de 32 ans qui est un employé municipal de la ville de Nîmes, a alors été conduit à l’hôpital. Le déminage a procédé à l’inspection du véhicule, par sécurité, mais n’a découvert aucun objet dangereux.

L’acte volontaire ne fait aucun doute puisque le procureur de la République Éric Maurel qui s’est rendu sur place, a ouvert une enquête pour tentative de meurtre. Les enquêteurs de l’antenne nîmoise du SRPJ ont été chargés des investigations et ont réalisé de nombreux prélèvements dans le véhicule du suspect.

Des propos en langue arabe

Par ailleurs, de nombreux témoins cités par le quotidien régional mais également par Le Figaro, affirment que l’homme a hurlé « Allah Akbar » lors de son interpellation. Le suspect aurait également tenu des propos en langue arabe selon ces mêmes témoins. Des informations que les autorités n’ont pas confirmé pour l’heure.

Le mis en cause n’a pas encore pu être entendu sur l’ensemble de ces faits car il est toujours hospitalisé et « sédaté ». La piste terroriste n’a d’autre part pas été retenue par les autorités pour le moment, en l’état actuel des investigations.

Un homme déjà connu de la police

Le suspect était connu des services de police pour des délits de droit commun affirme Midi-Libre, qui explique par ailleurs qu’il était sur le point de se séparer de sa femme, dans un « climat conflictuel ». Il devrait être entendu durant le week-end durant sa garde à vue.

Actu17.