Nord : Des ados lynchent à mort un homme et maquillent le meurtre en accident de la route


Illustration. (© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP)

Les adolescents pensaient sans doute que le subterfuge avait fonctionné. Mais au terme d’une longue enquête, les gendarmes ont recueilli assez de preuves pour être assurés que l’accident de la route cachait un meurtre.


Les investigations ont duré plus d’un an. Cinq jeunes majeurs ont été interpellés mardi matin dans le Nord et en Seine-Saint-Denis, par les gendarmes de la section de recherches (SR) de Lille.

Deux d’entre eux ont été mis en examen et écroués pour avoir lynché à mort un jeune homme de 29 ans, avant de l’abandonner en bordure de route dans le Nord, en 2018. Deux autres font l’objet d’une procédure pour « vols » et « tentatives de vol ».

Un accident mortel de la circulation ?

Les suspects n’avaient pourtant jamais été inquiétés par les enquêteurs, et les journaux avaient relaté la version officielle, qui faisait état d’un accident dramatique de la circulation.

L’affaire a débuté le 4 décembre 2018 vers 5h30, lorsque les gendarmes avaient reçu l’appel de détresse d’un automobiliste. En panique, il leur avait affirmé avoir percuté un homme gisant sur le bord de la route à Herzeele (Nord), relate Le Parisien. Le conducteur venait de rouler sur les jambes de la victime, inerte.


Un pompier volontaire était rapidement intervenu pour lui prodiguer les premiers secours mais l’homme, Matthieu Breugghe âgé 29 ans, avait été déclaré mort quelques instants plus tard. Les premières constatations avaient amené les gendarmes à privilégier la piste d’un dramatique accident.

L’autopsie sème le trouble

Gendarmes et médecin légiste avaient toutefois été assaillis par le doute en constatant la présence de blessures au visage ou à l’arrière du crâne de la victime. Des doutes que l’autopsie était venue confirmer, faisant basculer l’enquête dans le domaine criminel.

Alors que la thèse de l’accident avait été relayée dans les journaux à l’époque, les gendarmes orientaient leurs investigations, dans le secret, vers la piste d’un homicide. Ils ont collecté des dizaines de témoignages de proches, multiplié les contrôles sur la route où le jeune homme a été retrouvé mort pour recueillir des informations d’éventuels témoins.

Plusieurs larcins commis en soirée, dans le secteur

Les enquêteurs sont parvenus à retracer la soirée de la victime dans le centre-ville de Dunkerque, puis la nuit, jusqu’à sa mort. Ils se sont rendu compte que plusieurs délits, majoritairement des vols à la roulotte, avaient été commis à Herzeele peu avant l’« accident ».

Un vol répertorié ce soir-là a donné un coup d’accélérateur à l’enquête. Une camionnette équipée d’une balise GPS avait été dérobée. Les données recueillies par les gendarmes leur ont permis de retracer le périple de la bande de voleurs et ces derniers ont été rapidement identifiés grâce aux indices laissés dans l’utilitaire.

Les suspects passent aux aveux

C’est ainsi que les cinq suspects ont été interpellés et placés en garde à vue, mardi matin. Plusieurs des mis en cause ont reconnu leur présence en début de soirée avec les deux principaux suspects.

Dans leurs auditions, ils ont indiqué que la victime aurait rencontré ses bourreaux un peu plus tôt dans le centre-ville de Dunkerque, rapporte le quotidien francilien. Matthieu Breugghe aurait suivi volontairement les adolescents à bord de la camionnette, selon les suspects, qui ont évoqué une probable raison « financière ».

Une altercation aurait eu lieu dans le véhicule avant que l’homme ne soit lynché à mort par les deux principaux suspects, puis abandonné sans vie en bordure de route. Les deux jeunes majeurs ont nié les faits face aux enquêteurs.