🇫🇷 Nord : Le père qui a battu à mort son bébé car il l’empêchait de jouer à la console, condamné à 15 ans de prison.

par Y.C.

Le mis en cause, âgé de 28 ans, a reconnu avoir battu son enfant à mort pour « qu’il arrête de pleurer ».

Ce mercredi, la Cour d’Assises de Douai a condamné Raphaël Gomez pour avoir tué son bébé, Djason, âgé de 6 mois. L’intéressé a été santionné de 15 ans de réclusion criminelle, assortis de 3 ans de suivi sociojudiciaire.

Plus sévère que les réquisitions

Le jugement rendu est plus sévère que les réquisitions de l’Avocat Général qui avait requis 12 ans de réclusion criminelle accompagnés de 3 ans de suivi sociojudiciaire.

Trois jours de procès

Le procès qui s’est tenu durant trois jours a retracé les faits qui ont eu lieu dans la nuit du 29 au 30 janvier 2016. Le mis en cause, qui était poursuivi pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », avait tenté de faire croire que c’est le chien qui avait « sauté sur la poitrine » de l’enfant. Mais l’autopsie avait révélé que seuls des coups avaient pu tuer le bébé.

Le père jouait à « Call of Duty »

Face aux enquêteurs lors de ses auditions, le père avait affirmé qu’il jouait à « Call of Duty » sur console et que son fils « n’arrêtait pas de pleurer ». Suite à une dispute avec la mère de l’enfant, qui avait éteint la console, cette dernière avait momentanément quitté le domicile. À son retour, elle avait retrouvé Djason inanimé.

Le condamné a été décrit par les experts judiciaire comme « égocentrique », « impulsif » et « parfois agressif », rapporte Le Parisien.

Actu17.