Oise : Un forcené armé d’un fusil abattu par le GIGN à Ercuis


Illustration. (photo EPA/Étienne Laurent/Maxppp)

Un homme de 73 ans a été mortellement neutralisé par les gendarmes du GIGN dans la nuit de vendredi à samedi à Ercuis (Oise). Ce dernier était retranché chez lui, armé d’un fusil.

Tout a commencé ce vendredi vers 15 heures lorsque des gendarmes de la brigade de Chambly sont venus porter une convocation judiciaire à un habitant de 73 ans, suite à des plaintes du voisinage explique le maire d’Ercuis cité par actuOise.

Ce dernier ajoute que le mis en cause, Jean-Pierre Normand, était « malade à la suite d’un infarctus survenu à la chasse » et qu’il « ne s’en était malheureusement jamais vraiment remis ».

Il menace les gendarmes avec son fusil

A l’arrivée des militaires, la femme du septuagénaire est d’abord sortie puis a été rejoint par son mari qui était armé d’un fusil. L’homme a menacé les gendarmes avec son arme. Ces derniers ont mis à l’abri son épouse et ont appelé du renfort.

Une trentaine de gendarmes sont arrivés sur place et un périmètre de sécurité a été mis en place, le forcené étant armé de deux fusils et d’une carabine. Dans le même temps, les riverains ont été appelés à se confiner chez eux.


Des négociations qui n’ont rien donné

Des négociations se sont engagées avec le forcené mais n’ont pas abouti à sa reddition. Les gendarmes du GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) sont alors arrivés sur place vers minuit.

Ils ont à leur tour tenté des négociations, en vain. « Le forcené est resté menaçant. Tout a été tenté, son beau-frère lui a parlé, son épouse aussi », indique le maire.

Les forces de l’ordre ont fait usage de grenades assourdissantes vers 2 heures du matin explique le média local. Le forcené est ensuite sorti de chez lui vers 4 heures du matin, fusil à la main, et des coups de feu ont retenti : le septuagénaire venait d’être abattu par les gendarmes.