Oise : Un internaute piège un pédophile et l’envoie une nouvelle fois en prison


Illustration. (Shutterstock / Media Whalestock)

Le prédateur avait déjà été condamné pour plusieurs viols sur des mineurs, dont son frère, en 2005. Il est retourné derrière les barreaux à l’issue d’un nouveau procès.

Le tribunal correctionnel de Beauvais (Oise) a condamné Claude Desbarres à 2 ans de prison ferme, ce mardi, pour « corruption de mineur ». Une sanction qui intervient grâce au travail d’un membre d’une association qui fait la chasse aux pédophiles sur internet, relate Le Parisien.

Derrière le pseudonyme d’« Arthur King », ce jeune homme de 25 ans se faisant passer pour un garçon de 13 ans. Il a démasqué le prédateur lorsque tous deux ont commencé à discuter sur un chat internet pour adolescents, en octobre 2015.

Rapidement, le pédophile avait déclaré à celui qu’il pensait être mineur qu’il était adepte des relations intergénérationnelles. De son côté, « Arthur King » continuait à tenir son rôle. En confiance, le prédateur, aujourd’hui âgé de 52 ans, lui avait ensuite confié avoir déjà « défloré un enfant de 12 ans ».

Le militant associatif signale les faits à la police

Il lui avait également expliqué la marche à suivre pour qu’ils puissent se rencontrer sans éveiller les soupçons de ses parents. « Arthur King » avait ensuite cessé les échanges et alerté la police en effectuant un signalement au commissariat de Besançon (Doubs).


Malgré les informations recueillies par les forces de l’ordre, Claude Desbarres n’a été interpellé que le 31 mai 2017, soit un an et demi après le signalement. Il a été placé en garde à vue à la suite d’une plainte déposée par le père d’un adolescent de 15 ans.

Le pédophile avait débuté une relation sur internet avec le mineur, et lui avait confié avoir « envie de faire l’amour » avec lui. Les enquêteurs ont procédé à une perquisition au domicile du suspect.

Sur ses supports numériques, téléphones et ordinateur, les gendarmes ont découvert plus de 1 200 vidéos et images à caractère pédopornographique. Parmi ces fichiers se trouvaient des photos particulièrement sordides d’actes sexuels avec des bébés, récupérées dans les tréfonds d’internet.

Condamné grâce au « chasseur de pédophile »

Lors de son procès qui s’est tenu ce mardi au tribunal de Beauvais, le prévenu comparaissait libre. La justice ne l’a finalement pas poursuivi pour la relation virtuelle entretenue avec l’adolescent de 15 ans.

Il a été relaxé car celui-ci avait atteint la majorité sexuelle et la corruption de mineur n’avait pas pu être constituée. Toutefois, le travail fourni par le « chasseur de pédophile » a fini par payer.

Claudes Desbarres a tenté de convaincre l’auditoire qu’il savait qu’« Arthur King » était un « fake » et que ses échanges avec lui tenaient uniquement du « fantasme ». Mais le prévenu n’a pas pu se défaire de son passé : en 2005, il avait été condamné pour plusieurs viols sur mineurs dont son demi-frère.

Deux ans de prison ferme

Le prévenu, abusé sexuellement à plusieurs reprises durant son enfance, semblait ne pas parvenir se définir comme pédophile. « Je l’aurais été si j’avais rencontré ces garçons » a-t-il déclaré à l’audience.

Et concernant les centaines de fichiers à caractère pédopornographique qu’il détenait, il a assuré qu’il les considérait comme une aide pour éviter une récidive. « Je suis devenu quelqu’un d’autre », a-t-il conclu en défense.

Il n’a pas convaincu. Le tribunal l’a condamné à 36 mois de prison dont deux ans ferme, assortis d’un mandat de dépôt qui l’a conduit directement derrière les barreaux.