Orne : Un automobiliste vient provoquer les policiers puis fonce sur eux pour leur échapper à Alençon


L'Hôtel de police d'Alençon. Illustration. (photo Google)

Un homme au comportement suspect s’est présenté devant l’hôtel de police d’Alençon (Orne) avec son véhicule, et a outragé des policiers présents. Une course-poursuite s’est déclenchée durant laquelle il a foncé sur des fonctionnaires, manquant de les renverser.

L’attention des policiers en poste à l’hôtel de police d’Alençon a été attirée par la présence d’un automobiliste qui a fait un dérapage devant leur portail, place du Général Jean Bonet, ce jeudi vers 21h45. Le jeune homme d’une vingtaine d’années a ensuite fait vrombir son moteur un long moment en signe de défiance, relate Ouest-France.

Lorsque des policiers sont sortis du parking en voiture, le suspect « leur fait un doigt d’honneur », a indiqué le procureur de la République d’Alençon François Coudert. Il a ensuite pris la fuite en empruntant la rue Sainte-Thérèse. Une course-poursuite s’est engagée.

Tous les équipages présents dans le secteur ont été alertés et un barrage a été mis en place au croisement entre la rue Jullien et celle de Bretagne. En arrivant sur le dispositif, le fuyard a foncé sur les policiers qui ont tout juste eu le temps de s’écarter pour ne pas être percutés.

Il fonce sur une voiture de la gendarmerie et s’arrête net

Le chauffard a continué sa route en direction de Sées, toujours poursuivi par la police. Les gendarmes ont été avisés de ce qui se tramait et ont mis en place un barrage à la sortie de la commune. Une nouvelle fois, le fuyard a voulu s’échapper.


Il a percuté de plein fouet une voiture de gendarmerie qui se trouvait sur sa route, à quelques dizaines de mètres de la caserne. Sa fuite a été stoppée net. Le suspect, âgé de 25 ans, a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat de police d’Alençon pour « tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Le parquet a requis une reconstitution des faits concernant le moment où le fuyard a tenté de percuter les fonctionnaires de police sur le premier barrage. Dès le lendemain, le substitut du procureur d’Alençon, le mis en cause et des policiers se sont rendus au croisement des rues Jullien et de Bretagne.

Il reconnaît avoir voulu tuer le policier

Le magistrat a souhaité pouvoir déterminer plus précisément si le conducteur avait délibérément choisi de foncer sur les policiers. « Cette reconstitution a permis d’établir que le véhicule poursuivi avait accéléré peu avant le barrage et fait un écart délibéré vers un policier, qui a dû se jeter sur le capot d’une voiture de police placée en barrage pour ne pas être heurté », a indiqué au quotidien régional le procureur François Coudert.

Des éléments confirmés par une audition du suspect durant sa garde à vue. En faisant « oui » de la tête lorsque la question de sa volonté de tuer le policier lui a été posée, il a reconnu son intention coupable. Au vu des faits, le parquet local s’est dessaisi au profit du pôle criminel du parquet de Caen (Calvados).

Déjà condamné pour des violences aggravées

Le jeune homme n’est pas inconnu des services de police et de justice. « Le 16 juin 2020, il avait été condamné à 2 mois de prison avec sursis pour violences avec arme », a précisé le procureur de la République d’Alençon.

Ce samedi, le suspect devrait être présenté devant la Chambre criminelle de Caen qui décidera du chef de mis en examen à son encontre.

Ces faits ne sont pas sans rappeler le drame survenu dans le Lot-et-Garonne, samedi 4 juillet. Ce soir-là, Mélanie Lemée, gendarme de 25 ans originaire de l’Orne, a trouvé la mort en intervention, après avoir été percutée par un automobiliste sans permis et sous l’emprise de stupéfiants qui a refusé de s’arrêter à un barrage.