🇫🇷 Paris. 3 légionnaires en garde à vue après avoir aidé une victime : «la prochaine fois, on n’interviendra pas».

   par C. Laudercq et R. Lefras.
Illustration Actu17 ©

Trois légionnaires en permission sont venus au secours d’une jeune fille agressée mais ont eu « la main un peu lourde » sur l’agresseur. 

Dimanche vers 6h45, dans le wagon d’une rame de métro de la ligne 9 à Paris, une jeune fille a été violentée et son agresseur a pris la fuite avec son téléphone portable.

Les légionnaires interpellent le voleur

Trois légionnaires en permission et légèrement ivres, âgés de 21 à 24 ans, ont assisté à la scène et ont pris en chasse l’agresseur, un individu mineur. Le voleur ne s’est pas laissé faire et une rixe a éclaté. Les légionnaires « y sont allés un peu fort » selon une source proche du dossier citée par Le Parisien. L’agresseur a eu une dent cassée.

Les militaires poursuivis par la justice

Les trois militaires et le voleur, sans papiers d’identité ni d’adresse, ont été interpellés et placés en garde à vue.

Des magistrats du parquet voulaient classer l’affaire, tandis que d’autres voulaient poursuivre les légionnaires. Une substitut du procureur a pris la décision de les poursuivre.

Les trois militaires ont été présentés au parquet et doivent être jugés ce mardi, ce qui les a poussé à déclarer : « Si c’est pour se retrouver en garde à vue, la prochaine fois, on n’interviendra pas pour défendre une victime. » relate Le Parisien.

Actu17.