🇫🇷 #Paris Attaque à la Tour Eiffel : Mamaye, 18 ans était «fiché S», déjà condamné pour apologie du terrorisme.

Photo Remy Buisine - DR

L’assaillant de la Tour Eiffel ce samedi soir, armé d’un couteau, était « fiché S », bien connu des services de renseignement. Mamaye D., âgé de 18 ans et né en Mauritanie, résidant dans le Val-d’Oise à Mériel, avait été condamné en décembre 2016 pour « apologie du terrorisme » à quatre mois de prison assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans. Le suspect a avoué des contacts avec l’EI.

Adolescent au lourd passé psychiatrique, il a déjà été pris en charge à plusieurs reprises dans des unités spécialisées ces deux dernières années. Sa mesure d’hospitalisation venait d’ailleurs d’être renouvelée pour les six prochains mois. C’est lors d’une permission de sortie accordée il y a quelques jours, qu’il a décidé de passer à l’action.

Quentin, un de ses voisins de chambre, se rappelle d’un jeune homme « influençable » et « mal à l’aise » en groupe. Maxime, un ami du lycée, parle d’un garçon « bagarreur » et « perturbé ». Mais derrière cette personnalité fragile se cache un adolescent ultra-radicalisé. En garde à vue il revendique son passage à l’acte : il indique qu’il voulait s’attaquer à des militaires de l’opération Sentinelle et être abattu.

Le jeune homme affirme également qu’il est en lien avec un membre du groupe État islamique. Ce jihadiste l’aurait encouragé à s’en prendre à des soldats. Fiché S et proche de la mouvance islamiste, l’adolescent était connu des services de renseignement. Il avait déjà été condamné par la justice pour apologie du terrorisme.

Il était 23h30 lorsque le jeune Mériellois, fan de l’équipe de foot du Psg, se présente devant le monument qui revêtait les couleurs du club pour célébrer l’arrivée du célèbre brésilien Neymar. Il a tenté de forcer l’un des contrôles de sécurité du monument en bousculant un agent.

C’est alors qu’il a sorti son arme blanche. Les militaires en faction le mettent en joue et lui crient de se coucher à terre. Le jeune homme s’exécute. Il a été rapidement maîtrisé et arrêté sans qu’il n’y ait de blessé.

Un homme déjà condamné, il y a peu

Selon une source proche de l’enquête, Mamaye avait déjà menacé en 2015 des agents Sncf et fait l’apologie du terrorisme. Il avait été condamné en décembre 2016 à quatre mois de prison assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans.

Des liens avec l’EI

Les déclarations du suspect en garde à vue ont confirmé sa radicalisation. Il a affirmé aux enquêteurs être en lien avec un membre du groupe djihadiste État islamique (Ei) avant d’expliquer être venu à la Tour Eiffel pour tuer des membres des forces de l’ordre, sur la recommandation d’un combattant de Daesh dans la zone irako-syrienne, avec lequel il serait en lien.

http://bit.ly/2wBnG2k

http://bit.ly/2uig5oQ