Paris : Hamza D., l’homme abattu en pleine rue était bien connu de la police et la justice

Les enquêteurs ont procédé à des constatations sur le lieu des faits. (image Clément Lanot)

L’homme qui a été exécuté à Paris dans le XVIe arrondissement ce lundi était bien connu des services de police et de justice. Hamza D. allait avoir 34 ans ce vendredi.

Le tueur ne lui a laissé aucune chance. Il a fait feu à plusieurs reprises sur sa victime, notamment au niveau de la tête, après qu’elle se soit effondrée au sol. Un assassinat qui s’est produit vers 13h40, dans la rue Michel-Ange, devant l’hôpital Henry-Dunant. L’auteur a pris la fuite à pied puis sur un scooter de type Xmax sans plaque d’immatriculation, sur lequel un complice l’attendait. Il est toujours en fuite ce mardi.

La piste d’un règlement de comptes ne fait que peu de doute. Selon nos informations, le défunt, Hamza D., 33 ans, né aux Comores et originaire de Vitrolles (Bouches-du-Rhône), était bien connu des services de police et de justice. Son nom apparaissait dans l’affaire du meurtre de Saufiane Hammami, 36 ans, sur le parking de la discothèque « Le Hot Brass », à Aix-en-Provence, le 2 novembre 2014. Il était accusé d’avoir trainé et tué la victime en utilisant une Audi A3 et avait été mis en examen dans cette affaire.

Interpellé en Espagne

Après trois ans de cavale, Hamza D. avait été interpellé en Espagne en octobre 2017 alors qu’il était visé par un mandat d’arrêt international. Il avait alors été placé en détention provisoire aux Baumettes, à Marseille.

Hamza D. aurait également été impliqué dans une affaire d’assassinat en 2011. Ce lundi, une source proche du dossier citée par plusieurs quotidiens avait indiqué qu’il était « très connu, notamment pour meurtre en bande organisée, trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs ».

« Une balle perdue »

Une femme de 33 ans a également été grièvement blessée lors des coups de feu ce lundi. Cette agente de sécurité a été transportée à l’hôpital en état d’urgence absolue. Son pronostic vital était toujours engagé en fin de journée. Elle aurait été victime d’une balle perdue a expliqué Francis Spizner, le maire du XVIe arrondissement de Paris. Cette femme n’aurait aucun lien avec le défunt.

L’enquête ouverte des chefs d’assassinat et tentative d’assassinat a été confiée à la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ).