Paris : La conductrice qui a poignardé deux passantes remise en liberté


La mise en cause a poignardé deux jeunes filles le 18 décembre dernier à Paris. (captures écran vidéo Snapchat)

La mise en cause de 41 ans, Fathia, a été remise en liberté après le renvoi de son procès à cause de la grève des avocats, notamment.


Elle devait être jugée ce jeudi pour avoir poignardé deux jeunes filles dans la rue du Colisée à Paris (VIIIe), en décembre dernier. Mais suite à la grève des avocats et à un complétement d’enquête obtenu par son conseil, le jugement a été renvoyé au 7 mai explique Le Parisien.

La justice n’était plus en mesure de garder la prévenue en détention provisoire, cette dernière a été remise en liberté. Une décision jugée incompréhensible pour les parties civiles.

Des insultes puis des coups de couteau

Les faits se sont déroulés le 18 décembre dernier dans cette rue située à proximité des Champs-Élysées. La conductrice qui se trouve avec sa fille dans sa voiture était ce jour-là coincée dans les embouteillages causés par la grève des transports en commun. Deux jeunes filles ont alors traversé la route devant leur véhicule.

Au même moment, la mise en cause aurait donné un coup d’accélérateur dans la vide, faisant crier son moteur. Apeurées, les deux victimes auraient insulté les deux femmes. La fille de Fathia qui avait sa fenêtre ouverte aurait rétorqué par des insultes à son tour avant que la situation ne dégénère.


Évacuée avec son pronostic vital engagé, elle a 45 jours d’ITT

La conductrice est sortie de sa voiture couteau en main, dissimulé semble-t-il dans du papier comme le montre une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, et a poignardé les deux jeunes filles, les blessant grièvement. La première qui a été touchée au thorax notamment, s’est effondrée et a été conduite à l’hôpital alors qu’elle était entre la vie et la mort. Son pronostic vital était resté engagé plusieurs jours. Pour l’heure, elle s’est vu attribuer 45 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) mais de nouveaux examens pourraient revoir le chiffre à la hausse.

La seconde victime poignardée dans le dos a quant à elle reçu un certificat mentionnant 14 jours d’ITT. Son avocate Me Laure Tric, a indiqué au quotidien francilien que sa cliente avait eu beaucoup de chance : « Son blouson et les couches de vêtements ont évité qu’elle soit plus gravement blessée encore, la lame du couteau s’est arrêtée à 1 cm de la moelle épinière ».

Arrêtées par des témoins

Bloquée à un feu rouge et par la circulation à l’angle avec la rue de Ponthieu, les deux fuyardes ont été arrêtées par les nombreux témoins de cette violente agression. La conductrice et sa passagère ont été interpellées par les policiers avant d’être placées en garde à vue.

Les analyses toxicologiques avaient montré que la mise en cause avait consommé de l’opium au moment des faits. Il s’agissait en fait d’un médicament avec de la codéine qu’elle prenait dans le cadre d’un traitement explique le journal. Déjà connue des services de police, elle aurait aussi été victime d’agressions par le passé.