🇫🇷 Paris : Un hommage a été rendu à Amandine Giraud, la policière de la brigade fluviale décédée en service.

par Y.C.
DR

Amandine Giraud, policière à la brigade fluviale de Paris, avait trouvé la mort lors d’un entraînement le 5 janvier dernier. Une minute de silence a eu lieu dans tous les commissariats et gendarmeries de France à 10h30 ce lundi.

Une cérémonie d’hommage en la mémoire de la policière s’est tenue ce lundi matin au sein de la Préfecture de Police de Paris.

« Je partage votre deuil et votre peine, je comprends aussi votre colère »

Dans un discours adressé au parents de la jeune policière de 23 ans, le Préfet de Police Michel Delpuech a pris la parole : « Je partage votre deuil et votre peine. Je comprends aussi votre colère, avec les innombrables questions que vous vous posez sur les circonstances du drame, l’enquête en cours, [elle] devra apporter les réponses que vous attendez ».

Nommée au grade de Capitaine de Police

La médaille de la sécurité intérieure échelon or et la médaille d’honneur de la Police Nationale ont été décernées à Amandine Giraud, qui a été nommée au grade de Capitaine de Police à titre posthume.

Le Directeur Géneral de la Police National avait également notifié tous les fonctionnaires de la Police Nationale de la tenue d’une minute de silence ce lundi à 10h30, heure d’ouverture de la cérémonie.

Une cérémonie religieuse à Nice

La jeune policière étant originaire de Nice, une cérémonie religieuse y sera tenue mercredi 9 mai à 10 heures, en l’église Sainte-Réparate. Les collègues de la policière de la Brigade Fluviale et les membres de la Protection Civile avec lesquels Amandine a travaillé, doivent venir de Paris pour y assister auprès de sa famille.

Trois enquêtes sont actuellement menées sur ce tragique accident : judiciaire, administrative et une dernière du CHSCT, réalisée entre autres par les représentants du personnel.

De nombreuses questions restent en suspens. Selon Le Canard Enchaîné, qui cite des éléments de l’enquête, au cours de l’exercice, la corde ou « ligne de vie » qui reliait la jeune femme à un Zodiac amarré au quai de Notre-Dame « a été détachée de l’embarcation à la suite d’une erreur d’appréciation » d’un moniteur.

« On nous a caché la vérité. A aucun moment la préfecture de police ne nous a dit qu’une erreur avait été commise, que le moniteur avait donné l’ordre de lâcher la ligne de vie. C’est pourquoi je me suis portée partie civile » a déclaré la mère de la policière à ce même journal, qui a choisi Eric Dupond-Moretti comme avocat en se portant partie civile.

Actu17.