Paris : Un homme se fait arracher sa montre de luxe estimée à 800 000 €


Un homme qui se trouvait à Paris s’est fait dérober une montre de luxe « Tourbillon diamond twister » de Richard Mille, estimée à 800 000 €. (Capture vidéo Richard Mille)

Entre janvier et septembre dernier, 71 personnes se sont fait arracher leur montre de luxe à Paris et proche banlieue. Un fléau contre lequel la police tente de faire face.

Ce lundi, c’est une montre d’une valeur record qui a changé de poignet au grand dam de son propriétaire. La belle toquante qui a été arrachée à un trentenaire franco-japonais est en effet estimée à 800 000 euros. Mais l’agresseur a commis une grave erreur…

Il lui demande une cigarette

L’agression a eu lieu vers 21h30 sur l’avenue de Friedland, près des Champs-Elysées à Paris VIIIe, devant le somptueux hôtel Napoléon. Un homme d’affaire de 30 ans fumait en compagnie d’un autre client lorsqu’un inconnu lui a demandé une cigarette.

Cet individu mesurant environ 1m80 et vêtu d’une parka en a profité pour repérer l’objet convoité, relate Le Parisien. Il a ensuite attrapé le poignet  du trentenaire et lui arraché sa montre de luxe, avant de s’enfuir en direction du boulevard Haussmann.

La police judiciaire saisie

Les responsables de l’hôtel et des témoins sont intervenus, en vain. La victime a déposé plainte. Vu le montant du préjudice, la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne a été chargée de mener les investigations.


Cette montre suisse est un modèle « Tourbillon diamond twister » de Richard Mille.

L’étau se resserre sur l’auteur du vol

Les enquêteurs peuvent compter sur les enregistrements de la vidéosurveillance de l’hôtel pour tenter d’identifier le voleur. Mais ils ont un indice qui leur permet d’être confiants pour la résolution de cette enquête : le voleur a perdu son téléphone portable durant la fuite !

L’appareil a été récupéré par le directeur du Napoléon, puis saisi par les policiers. Ce téléphone de marque Huawei devrait rapidement livrer ses secrets.