Paris : Un homme soupçonné d’avoir suivi et agressé sexuellement plusieurs fillettes a été interpellé


Illustration Actu17 ©

Les enquêteurs de la Brigade de protection des mineurs (BPM) sont parvenus à identifier l’auteur présumé de plusieurs agressions sexuelles à l’encontre de jeunes filles.

Les différentes agressions se sont produits aux alentours de la porte de Bagnolet, dans les XIIe et XXe arrondissements de Paris. A chaque fois, l’homme abordait brutalement les fillettes âgées de 11 à 12 ans lorsqu’elles rentraient chez leurs parents raconte Le Parisien.

Le suspect a suivi l’une des victimes jusque dans l’ascenseur de son immeuble le 8 avril dernier. Il a alors retiré son pantalon et exhibé son sexe devant la fillette qui est parvenue à prendre la fuite. Plus tôt ce jour-là, un homme correspondant à la même description s’était montré très pressant avec une autre jeune fille.

Une troisième agression

Les policiers ont ensuite été avertis d’un autre fait similaire, 48 heures plus tard. Une collégienne a été suivie depuis la boulangerie par un homme, jusqu’à son ascenseur, où il l’a enlacé. La victime est parvenue à s’enfuir après s’être débattue.

Les trois fillettes d’origine africaine, ont décrit un agresseur de la même origine. C’est grâce aux vidéosurveillances que les enquêteurs sont parvenus à confondre un suspect. L’homme qui est fumeur, a en effet jeté un mégot par terre lors d’une des trois agressions.


Un mégot jeté par terre permet d’identifier le suspect

Les expertises génétiques ont permis d’identifier un profil ADN, celui d’un homme répertorié dans le fichier national des empreintes génétiques. Ce dernier a déjà été mis en cause dans des affaires de stupéfiants, de violences ou encore de dégradations. Le suspect a été interpellé au début du mois de mai par les policiers de la Brigade de protection des mineurs, à son domicile, situé non loin de celui des victimes.

Le mis en cause français d’origine sénégalaise a été déféré au parquet le 4 mai avant d’être mis en examen. Présenté au tribunal pour y être jugé en comparution immédiate, il a demandé du temps pour préparer sa défense et a été placé en détention provisoire en l’attente.