🇫🇷 Paris : VIDÉO. Les gendarmes mobiles aspergés de gaz lacrymogène durant la manifestation pour la défense du «modèle social».

par Y.C.
(Capture écran Facebook Lucie Htlin)

Un homme a utilisé une bombe lacrymogène contre les gendarmes mobiles lors des incidents de la manifestation parisienne pour la défense du « modèle social », ce mardi. Une vidéo montrant les faits a été diffusée sur Facebook et largement relayée.

C’est une scène peu croyable qui s’est déroulée durant la manifestation interprofessionnelle à Paris ce mardi, reliant Montparnasse à la place d’Italie. Durant les quelques incidents qui ont éclaté, l’un des manifestants présent dans le cortège a fait usage d’une bombe lacrymogène à l’encontre des gendarmes en pleine intervention.

Une scène filmée par une autre manifestante qui a diffusé la vidéo sur Facebook. Des images visionnées près de 290.000 fois et partagées plus de 6300 fois.

Sur cette vidéo amateur, les gendarmes mobiles tentent visiblement de faire reculer les manifestants qui résistent. Puis l’un d’entre-eux utilise le moyen lacrymogène sur les militaires durant plusieurs secondes. Les cris de joie et les applaudissements se font alors entendre, tandis qu’un individu en profite pour porter un coup de pied à un gendarme, qui est désarçonné par le gaz.

Le service d’ordre d’un syndicat responsable ?

« Cassez-vous ! Cassez-vous ! » chantent alors ce groupe de manifestants. Puis un homme déclare que c’est « le service d’ordre » qui a fait ça. « J’ai adoré » s’exclame ensuite une femme.

L’utilisatrice qui a posté la vidéo sur Facebook écrit pour sa part « ça fait 2 ans qu’on attendait de voir ca » mais également que « la police a cru bon de venir s’en prendre au service d’ordre syndical », laissant là aussi penser qu’il s’agit du personnel de l’un des syndicats présents lors de cette manifestation. Les syndicats CGT, FO, Solidaires, Unef, FIDL et UNL étaient présents dans le cortège.

21.500 personnes ont participé à ce défilé à Paris selon le cabinet d’études Occurrence, 50.000 selon la CGT et 11.500 selon la police. Cinq personnes ont été interpellées sans que l’on sache si l’auteur de ce « gazage » en fait partie. Un policier et un manifestant ont également été blessés.

Actu17.